Trois cantons suisses placés en zone rouge : "Très peu de cas peuvent faire la différence" dit un expert du Celeval

"Dans une petite commune, dans une petite région, très peu de cas peuvent faire la différence entre vert, orange et rouge." C’est ce qu’explique Geert Molenberghs, professeur biostatiticien à la KULeuven à propos de la très controversée mise en zone rouge par la Belgique de trois cantons suisse : Genève, Valais et Vaud.

Geert Molenberghs est également membre du groupe d’experts Celeval. Comme l’expliquait samedi à la RTBF le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin (MR) : "Le gouvernement fédéral a confié la mission au Celeval de mettre des couleurs aux différents pays et les Affaires étrangères reprennent ces couleurs à titre d’informations. Le Celeval, c’est un groupe d’experts qui, sur base des chiffres communiqués par les pays, sur base des critères européens, va considérer que tel pays est en vert, en orange ou en rouge."

Interrogé dimanche par la VRT au sujet de la mise au ban de trois cantons suisses, Geert Molenberghs détaille : "On regarde le nombre de nouvelles infections sur les 14 derniers jours ramené par centaine de milliers d’habitants." C’est le fameux taux d’incidence.

Cela permet alors de modifier le code de voyage

"Quand il dépasse 100, comme c’est le cas actuellement dans l’arrondissement de Genève – les chiffres sont publics –, un code rouge est alors immédiatement attribué. Dans une petite commune, dans une petite région, très peu de cas peuvent faire la différence entre vert, orange et rouge. Si c’est le cas, cela peut donc arriver que quelques jours plus tard, ce nombre se stabilise ou va dans la bonne direction. Cela permet alors de modifier le code de voyage", rassure l’expert du Celeval.

La décision prise par la Belgique de placer ces trois cantons en rouge a provoqué la colère des autorités helvétiques. Une décision "incompréhensible et choquante", estime le conseiller d’État valaisan en charge de l’économie Christophe Darbellay sur les ondes de la RTS.

Selon les autorités suisses, sur les 14 derniers jours, le taux de nouvelles infections a atteint 23 cas pour 100.000 habitants dans le canton de Vaud, et de 10 dans le Valais, alors qu’il est de 44 en Belgique. Selon le Celeval, un critère important est un taux d’incidence qui dépasse 20 cas pour 100.000 habitants mais sur une période d’une semaine. C’est le cas de Genève (225 cas, soit un taux d’incidence de plus de 40 sur 7 jours), mais pas du tout du canton de Vaud, qui affiche un taux en dessous de 10 contaminations par 100.000 habitants sur la dernière semaine !

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK