"Tout augmente": les "nouveaux pauvres", une classe moyenne inquiète

Illustration
Illustration - © Bramus! (Flickr)

La hausse des prix, une dure réalité. Elle touche autant l'énergie que les produits de consommation, les loyers et l'immobilier. Même les "classes moyennes" plongent dans une certaine inquiétude: il n'est pas toujours facile de gérer le quotidien.

Certaines personnes n'écartent pas l'éventualité de faire partie de la catégorie des "nouveaux pauvres". Comme en témoigne cette jeune femme dans la vidéo ci-contre. Elle explique qu'avec "deux salaires, on a encore des difficultés pour pouvoir nouer les deux bouts à la fin du mois". 

Pourquoi cette inquiétude ? C'est la hausse de prix qui est en cause. Les prix augmentent partout, comment faire dès lors pour gérer le quotidien et préparer l'avenir dans ces conditions ? Même si le prix des légumes est pour l'instant extrêmement bas, cette baisse saisonnière semble constituer une exception. Pour le reste, le constat est flagrant, "tout augmente". 

"Du mal à nouer les deux bouts"

De plus en plus de personnes rencontrent des problèmes pour "nouer les deux bouts", comme on dit. Nourriture, loisirs, ... tout est compté et budgeté. Les menus de la semaine sont établis à l'avance, les courses sont faites sur base de listes dont on ne s'écarte pas. Les sorties au restaurant se font plus rares, au profit des grandes surfaces "discount" qui deviennent plus à la mode que jamais. Bref, c'est la chasse aux bons filons. Et pourtant, à la fin du mois, il ne reste rien ou presque. Parce que oui, tout augmente, même les prix de la bière et celui des frites.

Mais il n'y a pas que la nourriture qui est visée. Le carburant ne cesse, lui aussi, de devenir de plus en plus cher, le litre de super a d'ailleurs atteint un nouveau sommet lundi dernier. Le litre de 95 est, par exemple, monté jusqu'à 1,6820 euro maximum le litre. Une hausse de 2,2 centime. Il en va de même pour les prix de l'énergie. Selon un rapport de Johan Albrecht, les coûts en Belgique de distribution sont les plus élevés d'Europe. Le prix de l'électricité serait, d'ailleurs, plus élevé de 11% chez nous que dans les autres pays de la Zone Euro. Certaines personnes en appellent à un contrôle des prix

La fin de l'indexation automatique des salaires, une solution ?

Dans ce contexte plutôt difficile, l'Europe pousse la Belgique à revoir son mécanisme d'indexation automatique des salaires. Un mécanisme qui mine l'économie belge selon plusieurs sources, dont la FEB. Le débat s'annonce houleux, les syndicats sont clairement "contre" un gel des salaires, tout comme un bon nombre de politiques. 

Cette hausse générale du coût de la vie et la baisse du pouvoir d'achat sont au centre de l'émission "Tout augmente" diffusée sur la Une le mercredi 11 mai

AdC

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK