Tous les Boeing 737 Max cloués au sol depuis un an: 6 questions pour comprendre

Toute la flotte de Boeing 737 Max est clouée au sol depuis le 13 mars 2019, depuis que la Federal Aviation Administration américaine (FAA) et les autorités canadiennes ont prononcé la suspension de tous les vols pour cet appareil. Cette décision avait été prise à la suite de deux crashs aériens : celui du vol 610 de la compagnie indonésienne Lion Air (le 29 octobre 2018), et celui vol 302 d'Ethiopian Airlines (le 10 mars 2019). 346 personnes ont été tuées lors de ces deux accidents. Et c'est la similarité de ces deux crashs qui a fait que les autorités ont suspendu tous les vols des 737 Max. Dans les deux cas, c'est un dysfonctionnement du système antidécrochage MCAS (voir plus bas) qui a causé l'accident.

9 images
Vol du Boeing 737 Max, le 29 janvier 2016, à Renton (Washington). © Stephen Brashear/Getty Images/AFP

1. Quelle est la place du 737 Max dans l'offre de Boeing et quand a-t-il été lancé?

Le 737 Max est la quatrième génération de la famille des 737, il doit remplacer le Boeing 737 Next Generation (NG). Il est moins énergivore. Le 737 Max est le concurrent de l'Airbus A320Neo. Le premier vol d'essai a été effectué le 29 janvier 2016. Et le premier exemplaire a été livré le 16 mai 2017.

2. Crashs de Lion Air et d'Ethiopian Airlines: que s'est-il passé?

9 images
Le tracé du vol JT610 de Lion Air, le 29 octobre 2018. © Capture d'écran de Flightradar24.com

Le 29 octobre 2018, un Boeing 737 Max de la compagnie indonésienne Lion Air, qui devait relier Jakarta à Pangkai Pinang (vol JT610), s’abîme dans la mer de Java 13 minutes après le décollage, tuant ses 181 passagers et ses 8 membres d'équipage. L'avion a décollé à 6h20 locale et, à 6h33, il a disparu des écrans radar. Trois minutes auparavant, l'avion avait demandé de revenir à sa base. Le Boeing n'a jamais dépassé l'altitude de 16.500 mètres, et il a chuté très brutalement dans la mer.

Cet appareil était quasiment neuf, il avait été livré le 13 août 2018. L'enquête menée sur base des enregistreurs de vol a montré qu'une fausse donnée venant d'une sonde d'incidence a activé le système antidécrochage MCAS (voir plus bas), qui a pris le contrôle des commandes, faisant piquer l'appareil. Le pilote a tenté de redresser manuellement l'avion, et de reprendre de l'altitude, mais en vain. Le MCAS a fini par provoquer la chute de l'appareil dans la mer.

9 images
La Marine indonésienne effectue des recherches sur les lieux de l'accident du vol de Lion Air le 31 octobre 2018. © ADEK BERRY / AFP
9 images
Le tracé du vol ET302, le 10 mars 2019. © Capture d'écran Flightradar24.com

Le 10 mars 2019, un Boeing 737 Max d'Ethiopian Airlines, qui devait relier Addis-Abeba (Ethiopie) à Nairobi (Kenya) (vol ET302) s'écrase non loin de la ville de Bishoftu, à 52 km de l'aéroport de départ, tuant ses 149 passagers et ses 8 membres d'équipage. L'avion a décollé à 8h38 locale et a commencé à prendre un peu d'altitude (pas plus de 500 mètres). L'équipage a signalé un problème de commandes et a reçu l'autorisation de faire demi-tour. Mais il n'en aura pas le temps : il n'aura volé que 6 minutes avant de s'écraser brutalement.

Ce Boeing avait été construit en octobre 2018 et livré le 15 novembre 2018. L'enquête montrera des similitudes flagrantes avec le crash du Lion Air. Il apparaît que lorsque le MCAS reçoit une information erronée, il peut agir à tort sur le stabilisateur horizontal et faire piquer l'avion. Sans que le pilote puisse reprendre le contrôle des commandes.

9 images
Les débris de l'avion d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé le 11 mars 2019 près de Bishoftu. © Michael TEWELDE / AFP

3. Qu'est-ce que le système antidécrochage MCAS?

On dit qu'un avion "décroche" lorsqu'il subit une perte d'altitude causée par un "angle d'incidence" trop élevé par rapport à la vitesse de l'appareil. Autrement dit: l'avion est trop "cabré" par rapport à sa vitesse. En effet, pour garder sa stabilité, il faut que l'écoulement de l'air sur la partie supérieure de l'aile soit plus rapide que sur la partie inférieure. Lorsque la vitesse de l'avion est trop faible par rapport à l'angle d'incidence, l'avion perd brusquement sa portance : il tombe comme une pierre. Pour récupérer l'appareil, le pilote doit le mettre en piqué, et remettre les gaz afin de reprendre de la vitesse.

Les avions de ligne sont munis d'une alarme qui avertit le pilote lorsque la vitesse est trop faible par rapport à l'angle d'incidence. Sur le Boeing 737 Max, cet équipement est le MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) qui, en cas de décrochage, stabilise automatiquement l'avion. Il prend donc le dessus sur les actions du pilote.

Deux sondes mesurent l'angle d'incidence (AoA pour "Angle of Attack") et fournissent les informations au MCAS. Si une de ces sondes tombe en panne, l'équipage doit désactiver le MCAS, et ensuite redresser manuellement l'appareil.

9 images
La position des sondes qui mesurent l'angle d'incidence (AoA sensor). © Boeing.com

Lors des vols de Lion Air et d'Ethiopian Airlines, les informations erronées fournies par la sonde ont activé le MCAS, qui a mis l'avion en piqué. Ces Boeing 737 Max n'étaient pas équipés d'un signal avertissant le pilote d'une panne du MCAS. L'équipage ne s'est vraisemblablement pas aperçu de la panne et n'a pas désactivé le MCAS.

4. Qui a interdit de faire voler le 737 Max?

Après le crash (le 10 mars 2019) du vol 302 d'Ethiopian Airlines, différentes autorités ont progressivement suspendu l'autorisation de vol du Boeing 737 Max. Le 11 mars 2019, l'Indonésie, l'Ethiopie, la Chine, Singapour et Royal Air Maroc décident cette interdiction. Le 12 mars 2019, c'est au tour de l'Australie, de la Malaisie, de l'Inde et de l'Oman. Ce même jour, l'Agence européenne de la sécurité aérienne interdit le survol de l'ensemble de l'espace européen par le 737 Max.

Le 13 mars 2019, la Federal Aviation Administration américaine (FAA) et le Canada prononcent la suspension de tous les vols.

9 images
Des Boeing 737 Max stationnés sur le tarmac de l'aéroport d'Urumqi, en Chine, le 5 juin 2019. © GREG BAKER / AFP

5. A combien peut-on évaluer les pertes financières pour Boeing?

Le 29 janvier 2020, la société Boeing a annoncé une perte de 636 millions de dollars pour 2019, la première perte en 22 ans. Boeing a aussi inscrit dans ses comptes des charges supplémentaires d'environ 9,2 milliards de dollars. La facture s'élevait à ce stade à 18,4 milliards de dollars, dont près de la moitié porte sur les indemnisations des compagnies aériennes qui ont dû annuler des dizaines de milliers de vols.

Boeing a annoncé le versement de 100 millions de dollars aux familles des victimes des deux accidents de son avion 737 Max, qui ont fait au total 346 morts. "Ces fonds vont aider à financer l’éducation, les dépenses quotidiennes et le préjudice subi pour les familles des victimes et serviront aussi à financer des programmes communautaires et le développement économique dans les communautés touchées", précise Boeing.

Le 13 mars 2019, au moment où tous les Boeing 737 ont été cloués au sol, 370 exemplaires de l'avion étaient déjà en service, et 4500 autres étaient en commande. Depuis le 14 mars 2019, Boeing a cessé de livrer les 737 Max, tout en continuant de les produire (a raison de 42 par mois). Des centaines d'exemplaires sont parqués dans plusieurs aéroports. Ce n'est qu'en janvier 2020 que la production a été arrêtée. La facture est donc loin d'être définitive pour Boeing.

Le grand patron de Boeing Dennis Muilenburg a été limogé en décembre 2019, parce que sa gestion de la crise a été jugée calamiteuse. Il a été remplacé le 13 janvier 2020 par David Calhoun. Ce dernier a vertement critiqué son prédécesseur dans un entretien récent au New York Times. Il a même suggéré que les pilotes d'Ethiopian Airlines et de Lion Air auraient également une part de responsabilité dans les accidents du 737 Max.

9 images
Des Boeing stationnés sur le tarmac d'un aéroport à Moses Lake, dans l'Etat de Washington. © David Ryder/Getty Images/AFP

6. Le Boeing 737 Max sera-t-il remis en service un jour?

Le Boeing 737 Max est donc interdit de vol depuis le 13 mars 2019. Depuis cette date, Boeing essaie de récupérer son autorisation. La société travaille d'arrache-pied afin d'améliorer le système MCAS. Ses ingénieurs et ses techniciens sont mobilisés afin de produire des mises à jour du logiciel, et de les tester. Mais d'autres problèmes ont été détectés récemment.

En janvier 2020, le constructeur misait sur un retour du 737 Max dans le ciel à la mi-2020, mais il est indispensable pour cela d'obtenir le feu vert des autorités (la FAA). Et, à partir de ce feu vert, il faudra apporter des modifications aux avions déjà livrés, et former les pilotes qui les feront voler.

Le vendredi 6 mars 2020, la commission des Transports du Congrès américain a publié un rapport préliminaire sur le Boeing 737 Max, dans lequel l'avion est qualifié de "fondamentalement défectueux et dangereux".

Par ailleurs, des doutes sont apparus sur la façon dont Boeing a obtenu la certification pour le 737 Max. Les critiques portent sur 5 points : pressions sur les employés de Boeing pour augmenter la cadence de production du Max au détriment de la sécurité, présupposés erronés sur des technologies critiques (dont le MCAS), dissimulation d'informations cruciales auprès de la FAA, conflits d'intérêts et influence de Boeing sur la FAA.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK