Tournée Minérale: qu'est-ce qui rend la campagne efficace?

La Tournée Minérale reprend ce 1er février. Le compteur de participants avoisine cette année les 86.000 inscrits. Si ce chiffre qui n'excède pas les 90.000 participants engagés à l'aube de la première édition de la campagne l'an passé, cela importe peu pour les organisateurs. Ils estiment que le sentiment de communauté prime sur le nombre. Pourquoi ce "défi communautaire" est-il efficace ?

"Plus ou moins de participants, ce n'est pas le plus important pour nous. Ce qui compte c'est que le débat soit lancé et qu'on parle de la consommation excessive d'alcool", confie Steven De Bondt, porte-parole de la Fondation contre le Cancer. La tournée minérale aurait modifié le comportement des participants l'an passé selon une étude de l'Université de Gand, l'objectif a été atteint pour les organisateurs qui ont décidé de remettre le couvert.

La communauté comme moteur

"Au plus les gens s'inscrivent, au plus il y a un sentiment de communauté", pointe-t-on à la Fondation contre le Cancer. Ce sentiment d'appartenance à un groupe participe à l'efficacité de la campagne, estime Christophe Vermeulen, chercheur en psychologie sociale à l'Université Catholique de Louvain (UCL).

Pour cet expert, la communauté mise en place via les réseaux sociaux et le site web de la campagne stimule l'efficacité du défi. Avec des dizaines de milliers de co-participants, celui qui tente l'expérience est plus enclin à ne pas craquer durant un mois. "Le fait que beaucoup de monde participe à la campagne génère une norme positive et encourage d'autres personnes à participer et à tenir le coup", observe le psychologue.

L'injonction générée notamment par le grand nombre de participants serait la clé de voûte qui incite d'autres personnes à s'engager. Que ce soit pour suivre l'"effet de mode" ou pour réellement changer ses comportements, la norme positive que le groupe amène renforce la force de la communauté et incite le participant à ne pas craquer au cours du mois.

De petits objectifs pour changer ses habitudes

"En se lançant dans la Tournée Minérale, les gens sont conscients de l'objectif de diminuer leur consommation. Choisir de petits objectifs simplifie la vision qu'on a du changement de comportement", explique Christophe Vermeulen. Selon lui, le défi lancé par la Fondation contre le Cancer remplit donc bien son action de sensibilisation. Il permet aux gens de se rendre compte de leur comportement par rapport à l'alcool.

"Cette campagne ne s'adresse pas aux personnes dépendantes", confirme Didier Vander Steichel, à la tête de la fondation à l'initiative du mois sans alcool. Se lancer dans le défi ne semble pas insurmontable aux personnes tentées par l'expérience, ils se disent alors "Pourquoi pas essayer ?", explique Christophe Vermeulen.

Cela peut être un bon point de départ pour modifier son comportement à long terme. "Mais attention, une réelle motivation personnelle est nécessaire" pour que cela fonctionne. Si le participant ne veut pas diminuer sa consommation, les chances de réussites sont minces. De la même façon, il ne faut pas être sollicité par une pression contraire de ses proches après la campagne, ce qui réduit les chance d'opérer un vrai changement à long terme.

"La Tournée Minérale comme les autres campagne d'abstinence ponctuelle peut être une bonne porte d'entrée pour se débarrasser d'une mauvaise habitude." Dans ce cas, la communauté est un bonne façon d'augmenter les résultats positifs de l'initiative.

Un défi efficace malgré des comportements alternatifs

"La campagne est efficace grâce à l'effet de groupe et la norme qu'il génère. Elle peut aussi potentiellement générer des comportements contraires à l'esprit de la Tournée Minérale", prévient Christophe Vermeulen. Comme souvent, l'efficacité est relative et ce genre d'initiative peut créer des comportements alternatifs. 

"L'efficacité du défi peut être freinée par des croyances compensatoires", s'inquiète l'expert. Il s'agit de justifier un comportement malsain par un comportement sain. "C'est le cas, par exemple, quand des personnes utilisent la Tournée Minérale pour justifier certaines soirée arrosées avant et après la campagne", explique-t-il.

Au regard de l'efficacité de la Tournée Minérale comme moyen de modifier les comportements, pourquoi ne transpose-t-on pas le modèle à la cigarette par exemple ? "Il n'y a aucun parallèle à faire entre la Tournée Minérale et un mois sans fumer", répond le Dr. Vander Steichel. Selon lui, la nicotine est une vraie addiction et ne peut pas faire l'objet d'un mois de sevrage où les personnes recommenceraient ensuite à fumer, malgré qu'une telle campagne existe déjà en France. Un "Mois sans Tabac" belge n'est donc pas à l'agenda de 2018 de la Fondation contre le Cancer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK