Tour de France: Proximus et Bruxelles collaborent pour analyser les mouvements de foule

Tous les partenaires de la Ville de Bruxelles, police, services de secours et les transports publics vont pouvoir utiliser les signaux émis par les smartphones à Bruxelles.

Nos téléphones portables laissent des traces : les mouvements des smartphones permettent aux nombreuses antennes GSM des opérateurs de nous suivre tout au long de nos déplacements. Ces mouvements sont alors analysés par un logiciel de gestion des mouvements de foule géré par Proximus. Techniquement, tous les mouvements d’au moins 30 utilisateurs sont pris en compte et le résultat transmis au client.

Pour Olivier Mees, chargé par la Ville de Bruxelles de suivre les grands événements, le véritable atout de cette formule, c’est la réactivité : "Si, tout à coup, on a un indicateur qui voit arriver un mouvement de foule ou une fréquentation mal anticipée, cela nous permet de prévenir les différentes disciplines compétentes pour réadapter le plan de mobilité ou de sécurité."

Depuis 2014 déjà, Proximus dispose de la capacité de localiser ses utilisateurs. Jusqu’ici, ces données étaient utilisées pour dresser des bilans de fréquentation après les événements. Depuis le Tour des Flandres de cette année, l’opérateur a franchi un pas supplémentaire. Objectif : commercialiser ce nouveau service à destination de clients publics et privés.

Archives : Journal télévisé 19/12/2018

Les plaisirs d'hiver attirent plus de 2.500.000 visiteurs dans le centre de Bruxelles. L'école polytechnique de Bruxelles a installé un système inédit d'analyse des mouvements de foule.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK