Torture: le rapporteur ONU ne peut pas visiter les prisons américaines

Torture: le rapporteur ONU ne peut pas visiter les prisons américaines
Torture: le rapporteur ONU ne peut pas visiter les prisons américaines - © CHANTAL VALERY - BELGAIMAGE

Le rapporteur de l'ONU contre la torture a regretté mercredi à Genève que les États-Unis ne répondent pas à ses demandes de visiter des prisons américaines.

"J'ai demandé à être invité à visiter des prisons sur le continent", mais la réponse n'a pas été satisfaisante, a déclaré M. Juan Mendez, lors d'une conférence de presse à Genève en marge du Conseil des droits de l'homme. Selon lui, "il y a eu des contacts avec le Département d'État, mais qui sont restés sans suite".

Les autorités américaines lui auraient indiqué qu'il n'était pas question de le laisser visiter des prisons fédérales, notamment les quartiers de haute sécurité, où les prisonniers peuvent être à l'isolement 22 heures voire 23 heures par jour.

Selon lui, "il n'est pas rare" aux États-Unis de voir des prisonniers passer plus de 25-30 ans à l'isolement.

"On estime qu'il y a environ 80 000 prisonniers à l'isolement aux États-Unis", a encore indiqué M. Mendez, pour qui ce confinement ne devrait pas dépasser les 30 à 60 jours.

"Des études psychiatriques montrent que l'isolement peut provoquer des dommages cérébraux irréversibles", a t-il encore indiqué.

"Les prisonniers peuvent lire, écrire, ils ont la télévision", mais le contact humain est essentiel, a-t-il conclu.

Le rapporteur a encore rappelé qu'il avait demandé en 2012 aux États-Unis à visiter la prison de Guantanamo. "Les États-Unis ont posé des conditions inacceptables pour moi, je ne pouvais pas visiter toute la prison, et je ne pouvais pas m'entretenir en tête à tête avec les prisonniers", a indiqué M. Mendez qui a refusé de se rendre à Guantanamo dans ces conditions.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK