Thomas Gillet:"Il est évident que tous les professeurs doivent être formés à la neutralité"

Marie-Martine Schyns doit encore rassurer les enseignants concernant la formation continue pour le cours de philosophie et citoyenneté
Marie-Martine Schyns doit encore rassurer les enseignants concernant la formation continue pour le cours de philosophie et citoyenneté - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Qui pourra donc enseigner le cours de philosophie et citoyenneté dès septembre prochain dans l'enseignement secondaire officiel? La question suscite toujours moult réactions. Ainsi, les professeurs de morale disent déjà être formés. Beaucoup d'informations contradictoires et peu précises circulent. Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a précisé que cette formation serait dispensée sur quatre ans, avec 150 heures de cours pour les enseignants du primaire et 180 heures pour les professeurs en secondaire. Le tout en tenant compte de la formation de base de chacun.

Thomas Gillet, professeur de morale non-confessionnelle, donne lui-même des formations à la neutralité: "Il est évident, pour moi, que tous les professeurs doivent être formés à la neutralité. La neutralité, c'est ce qui permet à l'élève de s'émanciper individuellement sans que le professeur ne puisse faire du prosélytisme, imposer ses idées ou en tout cas orienter l'élève."

Luc Pirson, le président de la FAPEO (Fédération des associations de parents de l'officiel), estime que "c'est un tout nouveau cours, avec un nouveau contenu" dans lequel les professeurs feront face à "des obligations au niveau didactique, pédagogique de pouvoir gérer des classes avec une diversité culturelle".

Ecoutez Luc Pirson, président de la FAPEO, et Thomas Gillet, professeur de morale non-confessionnelle au micro d'Eddy Caekelberghs dès 19h10 sur La Première

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir