Thomas Cook: les voyageurs belges coincés en Tunisie s'inquiètent pour la population locale

La faillite de Thomas Cook a de nombreuses répercussions dans le monde entier, notamment en Tunisie. Le tourisme du secteur, important pour l’économie du pays, est en péril. Coincés dans le pays méditerranéen, les clients belges de Thomas Cook s’inquiètent plus pour les Tunisiens que pour eux-mêmes.

Sous les parasols, face à la mer, un couple de Britanniques accueille l’annulation de leur vol retour avec philosophie. "Je sais qu’on finira bien par rentrer chez nous… donc tout va bien", déclare la dame, optimiste. Son mari ajoute : "Comment se plaindre dans un endroit aussi beau".

Les touristes belges ont aussi quelques préoccupations, comme témoigne une vacancière : "On se demandait quoi pour les excursions. Sinon, c’est quand même une mauvaise nouvelle".

Un autre vacancier s’inquiète du sort des Tunisiens : "Ils n’auront peut-être plus de travail, et peut-être pas d’argent pour se nourrir. La situation pourrait être grave pour certaines personnes qu’on voit ici autour de nous".

Comment traverser cette crise ?

Medi Allani, patron de l’hôtel Sentido le Sultan à Hammamet, où 200 personnes ont réservé leur voyage avec Thomas Cook, tente de rester stoïque, mais la situation est extrêmement difficile : le voyagiste ne paie plus son établissement depuis 3 mois, soit une perte de 25% de son chiffre d’affaires annuel.

"J’ai 270 employés derrière moi. Comment traverser cette crise ?", se demande-t-il. Selon lui, la faillite de Thomas Cook aura plus d’impact économique encore que les attentats de 2015, dont celui de la plage de Sousse.

L’administration des affaires étrangères a ouvert un numéro d’urgence pour les clients belges de Thomas Cook à l’étranger (+32 2 501 40 00).

Une nouvelle réunion d’entreprise est prévue aujourd’hui, 600 emplois sont menacés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK