Tempête Xaver: le début de la fin pour la côte belge?

Tempête Xaver: le début de la fin pour la côte belge, chat vendredi 12h
Tempête Xaver: le début de la fin pour la côte belge, chat vendredi 12h - © Tous droits réservés

La tempête Xaver annoncée sur la côte belge a réveillé les craintes de "la tempête du millénaire" annoncée depuis quelques années déjà et qui pourrait engloutir un tiers de la côte belge. Cette hypothèse est-elle en train de rejoindre la réalité ? Le professeur de climatologie à l'UCL, Jean-Pascal van Ypersele, était l'invité de notre chat ce vendredi midi.

Le réchauffement climatique est-il en train de gagner du terrain ? La Belgique, assez épargnée jusqu'ici, doit-elle craindre pour l'avenir de sa côte belge ? Si la Flandre a déjà investi plus de 300 millions d'euros dans de nouvelles digues et des barrages en métal, est-ce que ce sera suffisant pour faire face à des super tempêtes qui, selon les statistiques, pourraient se produire une fois tous les cent ans, voire davantage ?

Un colloque s'est encore tenu en Flandre, fin du mois de novembre, afin de trouver des solutions pour protéger la zone côtière flamande.

Récemment encore, le National Geographic annonçait qu'une grande partie de la Flandre se retrouverait sous eau si les glaces continentales se mettaient à fondre.

Qu'en est-il exactement ? Doit-on craindre que ces scénarios catastrophes deviennent réalité ?

"L'élévation du niveau des mers aggrave les effets de toute tempête"

Pour Jean-Pascal van Ypersele, professeur de climatologie à l'UCL et vice-président du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), "on ne peut pas dire que la tempête Xaver elle-même est une confirmation du changement climatique. Mais il est, par contre, clair que l'élévation bien établie du niveau des mers, qui est attribuée à présent clairement au réchauffement du climat, aggrave les effets de toute tempête. Il faut donc être dans la nuance et précis."

"Jusqu'à présent, le GIEC peut seulement dire que la fréquence et l'intensité des tempêtes a augmenté dans l'Atlantique Nord depuis 1970, mais les raisons de cette augmentation ne font pas l'objet d'un consensus", précise-t-il.

La catastrophe évitée de quelques centimètres

Dans le même temps, il confirme qu'on est passé ici à quelques centimètres de la catastrophe : "Vous avez raison de poser la question, et c'est une des raisons pour laquelle il faut prendre au sérieux le dérèglement climatique, et notamment l'élévation du niveau des mers qui l'accompagne. Le niveau est déjà une bonne dizaine de cm plus élevé qu'en 1953, et pourrait encore monter de 30 à 100 cm au cours de ce siècle. Cela pourrait faire la différence une prochaine fois...".

Aux propriétaires qui s'inquiètent d'avoir investi à la côte belge et qui se demandent s'ils ne doivent pas penser déménager, il répond : "Déménager est l'utilme option. Tant que le niveau n'a pas augmenté de quelques mètres (en moyenne), ce qui ne devrait pas se produire avant le 22ème siècle, il est encore possible, en y mettant les moyens, de protéger les infrastructures. Au-delà, le déménagement est effectivement à envisager".

Une prise de conscience encore insuffisante

En attendant, il affirme que "le gouvernement flamand est assez conscient du défi posé par l'élévation du niveau des mers, et a un plan pour protéger les côtes. Il devra être progressivement renforcé, car l'élévation va se poursuivre longtemps".

Par ailleurs, il rappelle que "les premiers et pires impacts seront vécus par les populations pauvres des pays les plus pauvres. Mais un peu plus tard, tous les pays seront concernés."

Et de conclure : "La prise de conscience est TRES insuffisante par rapport à l'ampleur du défi que constitue le dérèglement du climat. C'est l'habitabilité même de notre seule planète qui est en jeu. Mais comme Mandela l'a montré avec l'apartheid, nous avons le pouvoir, en tant qu'Humanité, de changer le cours de l'Histoire. Si nous le voulons."

 

C. Biourge

Relisez le chat en cliquant sur le lien ci-dessous.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir