Tellin : Olivier Baudri, artisan campanaire

Olivier Baudri, artisan campanaire
2 images
Olivier Baudri, artisan campanaire - © Tous droits réservés

C’est une profession aussi rare que méconnue : artisan campanaire. Depuis près de 20 ans, Olivier Baudri entretient, répare et électrifie 300 clochers en Wallonie. Un métier rare, qui offre certains privilèges, comme la vue qui s’offre à lui depuis le clocher, ou la tranquillité qui accompagne les lieux. «Ce qui me plaît vraiment dans le métier, c’est l’environnement dans lequel je travaille. Il y a de vieilles poutres, de vielles cloches, c’est l’aspect hors du commun de ce métier».

Olivier Baudri nous emmène dans le clocher de la Collégiale Saint-Denis à Liège. Heureusement pour lui, Olivier ne connaît pas le vertige... car après une longue ascension, le clocher se trouve à plus de 30 mètres de hauteur, il faut encore monter sur les cloches, qu'il entretient une fois par an. Il vérifie le système électrique, l’usure des cloches, des axes, du battant. Un métier hors du commun qui l'emmène depuis 20 ans dans les villes et villages de toute la Wallonie. Mais son village à lui, c'est Tellin. Tellin, connu pour ses cloches depuis près de deux siècles... Mais c'est en France que cet électromécanicien de formation a appris toutes les facettes de son métier. "Jai rencontré dautres artisans campanaires en France, jai appris avec eux les mécanismes dhorlogerie, comment dorer à la feuille dor, ou encore à réaliser des montures en bois".

Sauvegarder le patrimoine

Après la fermeture du musée de la cloche de Tellin, Olivier Baudri a décidé d'acheter l'ancienne fonderie, la dernière de Belgique, pour ne pas voir disparaitre ce patrimoine. La fonderie fait la réputation de Tellin depuis 1830, quand la famille Causard, célèbre famille de fondeurs ambulants, a décidé de s'installer ici. "Tellin proposait tout ce dont ils avaient besoin : de la boue, du bois en quantité pour alimenter les fours, de leau, de la cire d'abeille pour décorer les moules, et une tradition industrielle présente dans toute la région", nous explique Guy De Plaen, l’ancien conservateur du musée de Tellin. "Des milliers de cloches ont été fondues à Tellin. On en trouve jusqu'au Canada, en Nouvelle Zélande ou encore en Afrique."

Le nouveau propriétaire souhaite réaménager le bâtiment classé en musée, et entretenir ainsi la mémoire de Tellin. Et pour faire revivre la tradition, l'Asbl Tellin- Fonderie fraîchement créée organisera en juillet prochain des coulées de cloches de 5 à 25kg, réalisées par une fonderie de Strasbourg, qui se déplacera pour l'occasion. Comme au temps des premiers fondeurs. Si une cloche vous intéresse, vous pouvez passer commande avant le 12 juin.

Céline Liégeois

 

www.promo-tellin.be
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK