THC, CBD, "cannabis light": que contiennent les produits dérivés du chanvre ?

Huile contenant du CBD (cannabidiol)
Huile contenant du CBD (cannabidiol) - © GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

Tels des champignons dans les bois, les législations autorisant la consommation de cannabis se développent un peu partout dans le monde. L'Afrique du Sud et, mi-octobre, le Canada rejoindront le club très fermé des territoires autorisant cette substance psychotrope pour usage récréatif, aux côtés de l’Uruguay et de l’Espagne, et certains états des États-Unis, comme la Californie ou le Nevada. De nombreux autres pays ont rendu l’usage thérapeutique légal, comme l’Australie, le Portugal ou l’Allemagne.

Signe que les mentalités évoluent, et surtout, pour les industriels, l’occasion de s’engouffrer dans cette nouvelle niche économique qui se crée, comme l'illustrent les propos dans l'Echo du patron d'AB InBev, Chris Burggraeve : "Nous devrions faire du cannabis un business comme les autres". Coca-Cola a récemment annoncé qu'il suivait de près "ce secteur [qui] évolue rapidement", et envisagerait une boisson à base de CBD (pour cannabidiol), une molécule non-psychotrope présente dans le cannabis, aux vertus apaisantes et selon certaines études, antioxydantes et anti-inflammatoires. Ses qualités thérapeutiques, et ses possibles effets néfastes, sont encore mal connus et très étudiés actuellement.

Faire la différence entre le THC et le CBD

Mais le monde des entreprises n'a pas attendu Coca-Cola pour surfer sur la vague du CBD. Les sites en ligne ne manquent pas, et de petites boutiques proposant des produits dérivés du chanvre, pauvres en THC (tétrahydrocannabinol, la molécule psychotrope) commencent à apparaître dans nos rues. Fleurs, tisanes, huiles essentielles, baumes, crèmes, e-liquide, compléments alimentaires, chewing-gum : le cannabis sans ses effets psychotropes semble se décliner à l'infini. Le problème est que la vente, la culture et la production de cannabis sont interdites par la loi belge... mais pas par la législation européenne, qui fixe une concentration maximale de 0,2% de THC. Les gérants de ces boutiques jouent donc sur cette divergence législative. Du côté du CBD, il existe un vide juridique, cette substance n'étant pas psychotrope, sa concentration n'est donc pas (encore) limitée.

Si un jour il vous prend donc l'envie de vous ouvrir à ces produits à base de chanvre, soyez donc vigilants, surtout sur le net, des produits proposés. Selon les différentes législations, une teneur plus ou moins élevée de THC est présente. Par exemple, au Colorado, le Canna Cola se présente comme un soda médical à la marijuana, à forte teneur en THC. D'autres boissons à effets psychotropes (à visée médicale ou non) sont disponibles sur le marché, mais il est impossible d'en importer chez nous. Aux côtés de ces boissons, d'autres misent plutôt sur le cannabidiol. Eau au cannabis pour les sportifs, boissons énergétiques, cafés, bières ou même vin, le "cannabis light", comme certains l'appellent, est devenu un véritable argument de vente.

Archive : JT 21/07/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK