Tariq Ramadan: sa demande d'éviter que ses accusateurs ne s'expriment dans la presse déboutée

L'islamologue Tariq ramadan fait face à plusieurs accusations de viols et d'agressions sexuelles.
L'islamologue Tariq ramadan fait face à plusieurs accusations de viols et d'agressions sexuelles. - © MEHDI FEDOUACH - AFP

Tariq Ramadan a été débouté par le Tribunal fédéral suisse (TF). L'islamologue demandait que la plaignante qui l'accuse de viol dans le cadre d'une procédure ouverte à Genève, ainsi que ses avocats soient enjoints à garder le silence sur la procédure.

Invoquant la présomption d'innocence et la régularité de la procédure, Tariq Ramadan s'est plaint des interventions dans la presse du conseil de la plaignante. Il a déjà été débouté à deux reprises, en 2018 et en 2019, par la Cour pénale de recours genevoise sur cette question, avant de saisir le TF en octobre.

Comme l'ont révélé la RTS et la Tribune de Genève mercredi, le TF estime qu'il n'y a pas à craindre une information unilatérale par les médias. "Il ressort du dossier que le recourant et ses avocats ne manquent pas eux aussi de s'exprimer dans la presse", écrivent les juges fédéraux dans un arrêt daté du 16 janvier. La décisions est définitive, explique la Radio-Télévisions suisse sur son site

Rappel des faits

Le 13 avril 2018. Une Genevoise déposait une plainte pénale pour viol à l’encontre de Tariq Ramadan pour contrainte, séquestration, contrainte sexuelle aggravée et viol aggravé. Sa plainte est médiatisée dans la foulée dans les colonnes de la Tribune de Genève. Le quotidien genevois explique notamment que les faits remonteraient à 2008 et se seraient déroulés dans un hôtel genevois.

Deux mois après la publication de cet article, Tariq Ramadan se plaint des interventions dans la presse de l’avocat de la plaignante et demande au Ministère public genevois de lui ordonner de garder le silence.

Le 11 septembre 2018, quelques jours après avoir ouvert une instruction pénale pour viol à l’encontre de l’islamologue, le Ministère public genevois refuse d’accéder à la demande du prévenu. Tariq Ramadan décide alors de faire recours contre cette décision. Après un aller-retour entre le Tribunal cantonal genevois et le Tribunal fédéral (TF), le TF vient de rendre une nouvelle décision, qui est définitive: il rejette le recours de Tariq Ramadan.

L'islamologue, qui clame son innocence, est aussi poursuivi pour viol en France par deux femmes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK