Tanzanie: un crocodile préhistorique pouvait mâcher

RTBF
RTBF - © RTBF

Des fossiles vieux de quelque 105 millions d'années d'un crocodile doté d'une dentition lui permettant de mâcher comme un mammifère, ce dont ses cousins actuels sont incapables, ont été découverts en Tanzanie, selon une étude publiée mercredi dans la revue Nature.

"Si on ne regarde que les dents, on ne peut pas penser que c'était un crocodile. On se demande de quel genre d'étrange mammifère ou reptile proche d'un mammifère il s'agit", explique Patrick O'Connor, qui a dirigé les recherches, dans un communiqué.

Ce crocodile baptisé Pakasuchus kapilimai (de "paka", qui signifie chat en swahili, et du grec "souchos" qui signifie crocodile), avait des dents différentes et spécialisées, comme celles des mammifères, avec des canines, des molaires et prémolaires.

"Au premier coup d'oeil, ce crocodile fait de son mieux pour être un mammifère", plaisante Patrick O'Connor, professeur d'anatomie à l'université de l'Ohio.

Le régime de l'animal différait clairement de celui de ses cousins actuels. Sa découverte conforte l'opinion qui fait de plus en plus consensus selon laquelle les crocodiles étaient bien plus diversifiés autrefois qu'aujourd'hui, en termes d'habitat, de régime ou d'anatomie.

L'animal était petit, pas plus gros qu'un chat. "Sa tête pourrait tenir dans la paume de votre main", précise Patrick O'Connor.

Malgré des caractéristiques inhabituelles, comme une colonne vertébrale très flexible, Pakasuchus était sans conteste un crocodile, comme en témoignent les ouvertures du crâne et des plaques osseuses sur son dos et sa queue.

Ses membres fins suggèrent qu'il était très mobile. D'autres aspects de son anatomie laissent penser qu'à la différence des crocodiles actuels qui passent leur temps dans l'eau, il vivait sur la terre ferme, se nourrissait d'insectes et de petits animaux.

L'équipe de O'Connor a découvert en 2008 un spécimen complet dans le sud-ouest de la Tanzanie, puis y a déniché des parties de sept autres spécimens différents.

La rangée de dents contenant des molaires, que l'on croyait réservées aux mammifères à sang chaud, a intrigué de nombreux experts.

"Des que nous avons vu de près ses dents, nous avons compris que nous avions devant nous quelque chose de nouveau et d'excitant", explique O'Connor.

Les crocodiles et alligators, qu'ils soient anciens ou qu'ils vivent actuellement, ont des dents simples, de forme conique, qui leur servent à déchiqueter leurs proies, dont ils avalent la chair en gros morceaux.

Mais les dents de Pakasuchus lui permettaient de mâcher et écraser sa nourriture, comme certains mammifères.

Au vu d'autres fossiles découverts dans le projet de fouilles du rift Rukwa, Pakasuchus vivait aux côtés de sauropodes végétariens (diplodocus, brachiosaures..) et de dinosaures carnivores (tyrannosaures ou vélociraptors...), d'autres types de crocodiles, de tortues et plusieurs sortes de poissons.

Les chercheurs pensent que ces crocodiles ont été nombreux pendant le milieu du Crétacé, il y a entre 110 et 80 millions d'années, dans cette région qui faisait partie du supercontinent appelé Gondwana, qui rassemblait l'Afrique, l'Arabie, l'Inde, Madagascar, l'Antarctique, l'Australie et l'Amérique du Sud.

Peu de mammifères datant de cette époque ont été découverts dans cette partie du monde et ceux qui l'ont été ne semblent pas apparentés à des animaux actuels.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK