Tablettes et jeux vidéo : les responsables du mal de dos chez l'enfant ?

Alexandre, 5 ans, est sportif et n'a pas de problème de dos
2 images
Alexandre, 5 ans, est sportif et n'a pas de problème de dos - © Maxime Dumoulin

C’est un phénomène qui prend une ampleur assez inquiétante : celui du mal de dos chez les jeunes âgés de 15 à 25 ans. C’est une enquête du centre fédéral de recherche en santé publique qui le révèle.

Par le passé, le coupable généralement désigné pour les douleurs dorsales c’était le cartable. Mais d’autres éléments seraient responsables : le manque d’activité physique mais surtout l’usage de tablettes, smartphones. En effet, les enfants opteraient pour des positions inadéquates. Résultat : les douleurs augmentent et deviennent chroniques dans certains cas.

"Lorsque l’on utilise tous ces jeux vidéo ou tablettes, on regarde vers le bas et donc automatiquement, on aura tendance à se mettre en hypercyphose c’est-à-dire à arrondir le dos. Si ce n’est qu’un instant ou une fois de temps en temps, cela ne pose pas trop de souci. Il est, par contre, évident que la pratique prolongée pendant des heures avec une posture de ce type entraîne évidemment des chances d’entraîner des déformations." explique le docteur Olivier Delahaut, chirurgien orthopédiste à l’Hôpital Marie-Curie de Charleroi.

Lire ou passer du temps sur une tablette, c’est différent !

Lorsque l'on lit, la mobilité du corps est différente que lorsque l’on consulte une tablette. L’usage de la tablette est également plus prolongé. Cela a un impact sur la croissance de la colonne. En général, les malformations dorsales sont d’abord dues à une prédisposition génétique mais celles-ci sont nettement aggravées par la posture. En 2015, 6% des 14-25 ans se plaignaient de maux de dos. En 2018, ils sont 9,7%.

Agir dès le premier âge

"Chez l’enfant, avec de la kinésithérapie et surtout une conscientisation de l’enfant et des parents, c’est tout à fait réversible. Lorsque l’on arrive à l’adolescence, la kinésithérapie a toujours évidemment sa place. Dans certains cas, on est obligé de recourir à un corset pour combattre ces déformations structurelles. À partir du moment où le patient est adulte et que la croissance de la colonne est terminée, il n’y a plus de retour en arrière. Ces personnes auront des problèmes dorsaux toute leur existence. Les problèmes dorsaux provoquent aussi des problèmes lombaires." prévient le docteur Delahaut.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK