Swissport Belgium va se déclarer en faillite, près de 1500 emplois menacés

L'entreprise a dévoilé l'information ce lundi dans un communiqué : Swissport en Belgique va déposer le bilan et se déclarer en faillite auprès du tribunal de commerce néerlandophone de Bruxelles pour ses services au sol à l’aéroport de Bruxelles (Swissport Belgium SA), et pour sa filiale de nettoyage (Swissport Belgium Cleaning SA). Ce sont 1469 emplois qui sont menacés. 

Selon Swissport, l'effondrement mondial du marché suite à la pandémie du Covid-19 a radicalement bouleversé les efforts de redéploiement de l’activité qui avaient été engagés avant la crise. "Tous les scénarios possibles ont été évalués. Un plan de redressement a été construit, tenant compte de la reprise progressive des activités aéroportuaires, mais les conditions permettant de le rendre financièrement viable n’ont pas pu être réunies. Dès que le tribunal aura déclaré Swissport Belgium SA et Swissport Belgium Cleaning SA en faillite, il désignera un curateur en charge d’administrer les affaires de ces deux entités", peut-on lire dans le communiqué.

Les activités de fret menées par Swissport Cargo Services Belgium SA, une entité juridique distincte, ne sont pas concernées et continueront de servir les clients des aéroports de Bruxelles et de Liège.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


L'entreprise de manutention aéroportuaire, responsable de 60% de la manutention à Brussels Airport, connaissait déjà d'importantes difficultés économiques ces dernières années et la crise du coronavirus semble être la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Alors qu'elle avait accumulé "des pertes importantes" depuis de nombreuses années, -les activités de services aéroportuaires ont essuyé une perte de 7,1 millions d'euros sur la seule année dernière- Swissport Belgique avait engagé des efforts de redéploiement avant la crise, via un plan de relance, mais ces efforts ont été "radicalement" bouleversés par l'effondrement mondial du marché, consécutif à la pandémie du Covid-19. "Depuis la mi-mars, les activités de services au sol pour les passagers ont été proches de zéro, et ne reviendront pas à la normale avant fin 2022 dans le meilleur des cas", explique l'entreprise.

Swissport a demandé l'aide des pouvoirs publics là où c'était possible mais cela n'a pas conduit au résultat espéré, ajoute la directrice des ressources humaines, Inge Simons.

"Tous les scénarios possibles ont été évalués. Un plan de redressement a été construit, tenant compte de la reprise progressive des activités aéroportuaires, mais les conditions permettant de le rendre financièrement viable n'ont pas pu être réunies", poursuit l'entreprise dans son communiqué.

Viabilité financière

Qui plus est, la maison-mère de Swissport Belgique, Swissport International AG, est également touchée de plein fouet par la crise qui la contraint "à adopter des conditions plus strictes concernant le financement de ses filiales, afin de préserver la viabilité financière globale du groupe."

Le dépôt de bilan annoncé lundi concerne donc Swissport Belgium SA, qui emploie 1.309 travailleurs actifs à Brussels Airport, et Swissport Belgium Cleaning SA, qui emploie 160 employés, également actifs à Zaventem.

Les activités de fret menées par Swissport Cargo Services Belgium SA, une entité juridique distincte, ne sont pas concernées et continueront de servir les clients des aéroports de Bruxelles et de Liège. Cette entité emploie quant à elle 467 employés.

Le tribunal pour l'entreprise doit se prononcer mardi sur le dépôt de bilan. Un curateur sera nommé dans la foulée.

Swissport a mal négocié ses contrats, selon les syndicats

Les syndicats de Swissport accusent la direction d'avoir très mal négocié les contrats avec les compagnies aérienne. "Swissport avait négocié des prix plus bas avec les compagnies aériennes, qui veulent toujours proposer des prix plus bas aux passagers. Ce sont les travailleurs de Swissport qui sont les victimes" de cette guerre des prix explique Bjorn Vanden Eynde (permanent régional CSC Transcom).

"Il est important de pouvoir négocier des contrats dans de bonnes conditions de rentabilité de part et d'autre, c'est évident. Il est clair que, même avant la crise, nous avons pâti de pressions extrêmement fortes sur les prix, qui ont réduit nos marges de façon extrêmement importante et, en face de ça, des coûts de fonctionnement élevés. Ces dernières années, cela a été compliqué d'arriver à redresser la situation, même si elle avait tendance à s'améliorer. Un plan avait été mis en place avant la crise, et malheureusement la crise a mis tout à plat", répond Thierry Miremont, directeur général de Swissport Belgique

Quelques vols annulés, Brussels Airport cherche un remplaçant

Brussels Airlines va mettre en place un plan d'urgence pour assurer la reprise des vols à partir du 15 juin à la suite de la mise en faillite de Swissport, a indiqué la porte-parole de la compagnie aérienne, Kim Daenen. Il réitère également son appel au soutien du gouvernement.

Brussels Airport indique être en contact les différentes parties prenantes "pour trouver des solutions à très court terme et garantir la continuité des opérations (effectuées par le manutentionnaire)".

Les responsables de l'aéroport soulignent en effet qu'il est "essentiel que la continuité des opérations aéroportuaires puisse être assurée dans les heures et jours qui suivent, et certainement à partir du 15 juin, date de la relance de nombreux vols européens à Brussels Airport."

Ils réitèrent aussi leur appel au gouvernement, qu'ils appellent à venir en aide aux sociétés aéroportuaires touchées par la crise du Covid-19 et aux sociétés de handling.

La compagnie aérienne ne souhaite pas encore se prononcer sur la manière dont la société va gérer la faillite de Swissport. Toutefois, celle-ci prévoit une reprise des vols le 15 juin, comme annoncé.

Archives : Journal télévisé du 15/05/2020

De son côté, Brussels Airlines attend encore une réponse de l'entreprise. Brussels Airlines était l'un des plus importants clients de Swissport Belgium.

Certains secteurs, dont l'aérien, vont subir des dégâts d'ampleur inédite

L'annonce du dépôt de bilan de Swissport illustre les craintes d'une diminution importante de l'activité économique dans plusieurs secteurs. Il faut anticiper ces situations prévisibles dans les plans de relance, a affirmé lundi le ministre bruxellois de l'Emploi, Bernard Clerfayt (DéFI).

Sur les 1 500 emplois menacés, selon Bernard Clerfayt, 30% sont occupés par des habitants de la capitale. "Après la crise sanitaire, certains secteurs, dont l'aérien, vont subir des dégâts d'ampleur inédite: les entreprises vont licencier et le nombre de faillite va augmenter. Nous nous attendons à une diminution importante de l'activité économique dans plusieurs secteurs. Nous devons anticiper ces situations prévisibles dans nos plans de relance", a commenté le ministre bruxellois de l'Emploi.

Aux yeux de M. Clerfayt, ceux-ci doivent s'inscrire dans le plan de relance européen pour une croissance verte, numérique et inclusive, indispensable à la création d'emploi.

Le ministre régional assure que la formation et l'accompagnement des personnes qui auront perdu leur emploi seront au cœur des politiques d'emploi dans la capitale. "Nous nous engageons à accompagner toutes les personnes licenciées afin qu'elles puissent rebondir vers un nouvel emploi. En particulier, nous mettrons l'accent sur les métiers en pénurie et les métiers d'avenir. Dans ce cadre, la formation sera un vecteur incontournable de la relance", a conclu le ministre bruxellois de l'Emploi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK