Surpopulation carcérale: la Belgique reste à la traîne en Europe

En 2014, il y avait 129 détenus pour 100 places dans les prisons belges
En 2014, il y avait 129 détenus pour 100 places dans les prisons belges - © Archive BELGA

La surpopulation carcérale diminue lentement depuis 2011 en Europe, selon les statistiques 2014 récoltées et traitées par l'Institut de Criminologie et de droit criminel de Lausanne (Suisse) pour le compte du conseil de l'Europe.

Ainsi, si les prisons européennes comptaient 99 détenus pour 100 places en 2011, elles n'en détenaient plus que 96 en 2013 et 94 en 2014, année où un total de 1 600 324 personnes étaient emprisonnées. La Belgique, elle, reste largement au-dessus de ces chiffres, avec 134 détenus pour 100 places en 2013 et 129 l'année suivante.

Ces résultats classent la Belgique à la 2e place des pays affichant la surpopulation carcérale la plus importante, derrière la Hongrie. La Macédoine, la Grèce et l'Albanie complètent le top 5 des mauvais élèves européens. Notre pays enregistre également un taux de suicides de détenus particulièrement marquant. En 2013, 11 suicides pour 10 000 prisonniers y ont été recensés, la moyenne européenne étant de 7,6.

Recul des peines très courtes

On notera par ailleurs que 21,7% de la population carcérale totale est constituée de ressortissants étrangers, 34,6% d'entre eux venant d'un pays de l'Union européenne. Ce pourcentage augmente dans les pays d'Europe du sud et occidentale, la Belgique atteignant pour sa part un taux de 41%, selon les statistiques du conseil de l'Europe publiées mardi.

Ces dernières montrent en outre un léger recul des peines très courtes, les emprisonnements de moins d'un an étant passés de 17% du total en 2012 à 16% en 2013. Parallèlement, les sentences de plus de 10 ans sont passées de 11,2 à 14,3%.

Les affaires liées à la drogue restent la première cause d'emprisonnement (16,5%), devant les vols (14%), les vols avec violence (13,1%) et les homicides (12,3%).

99 euros par jour

Enfin, le coût moyen d'un détenu était de 99 euros par jour en 2013, un montant supérieur à celui dépensé en 2012 (97 euros). En 2013, les 45 prisons ayant fourni des données pour ce poste ont dépensé un total de 27 milliards d'euros.

"La surpopulation carcérale constitue un obstacle majeur à la réhabilitation des détenus et donc à la protection de la société contre le crime. Elle peut aussi contrevenir aux droits de l'homme. Je salue les progrès accomplis pour que cette surpopulation recule mais les Etats doivent faire davantage pour qu'elle disparaisse, y compris en appliquant des peines alternatives à la prison", a commenté Thorbjørn Jagland, le secrétaire général du conseil de l'Europe.

Les statistiques ont été récoltées et traitées par l'Institut de Criminologie et de droit criminel de Lausanne (Suisse) pour le compte du conseil de l'Europe.

Le taux de la surpopulation carcérale réduit à 13% en 2015

Le taux de surpopulation carcérale dans les établissements pénitentiaires de Belgique est descendu à 13% en 2015, souligne le cabinet du ministre de la Justice, Koen Geens.

Les prisons belges comptaient en moyenne 134 détenus pour 100 places en 2013 et 129 l'année suivante, seule la Hongrie faisant moins bien. "Mais depuis, le taux de surpopulation carcérale a sensiblement diminué", nuance-t-on au cabinet Geens, où l'on s'attend à ce que cette tendance se poursuive.

"Nous avons élargi l'offre pour les personnes internées, des efforts ont été fournis pour réduire le recours à la détention provisoire et élargir les formes de sanctions alternatives telles que le bracelet électronique, la thérapie autonome, etc", ajoute-t-on. La concertation avec les Communautés s'avère en outre nécessaire depuis le transfert de compétence des Maisons de justice.

Les chiffres les plus récents de l'administration pénitentiaire évaluent à 11,8% le taux de surpopulation carcérale en février 2016 (12,6% en février 2015). Le nombre de détenus était alors de 11 076, pour 9903 places

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK