Surfeur tué à la Réunion: faut-il éliminer les requins?

Un requin bouledogue capturé à la Réunion
Un requin bouledogue capturé à la Réunion - © RTBF

Que faut-il faire avec les requins à la Réunion? La question fait à nouveau débat depuis la mort d'un surfeur de 36 ans la semaine dernière. Il y a d'un côté ceux qui veulent protéger l’espèce et de l'autre ceux qui veulent l’éradiquer.

En Floride, les requins créent la fascination lorsqu'ils se déplacent en banc. Mais ils tuent aussi parfois, comme la semaine dernière à la Réunion où un surfeur de 36 ans a perdu la vie suite à une attaque. Le quatrième décès sur l'île depuis deux ans, pour les mêmes raisons.

Sur place, les plagistes sont modérés. Un vacancier déclare que "quelque part, c'est la nature qui reprend ses droits, donc c’est aux gens d’être vigilants."

Une autre ajoute : "On ne peut pas interdire aux surfeurs de surfer, ni aux requins de vivre dans l’océan."

Certains estiment que l'imprudence du surfeur lui aura été fatale. Le drapeau orange qui avertit de la présence de requins était en effet dressé ce jour-là. Mais d'après les surfeurs, c'est surtout le nombre de requins qui est en cause.

Lors d'un attaque précédente, ils avaient capturé un requin bouledogue. Cette espèce n'est pas protégée, mais pour les scientifiques et les écologistes, il faut avant tout étudier leur comportement pour apporter une solution adéquate.

Ce qui ne convainc pas forcément Stéphane Girard, délégué de l’association Sea Shepherd : "Partout dans le monde, les prélèvements n‘ont jamais démontré leur efficacité." Et il ajoute : "Nous évidemment nous pensons que ça ne réglera absolument pas le problème de la sécurité du surf ici à la Réunion, du moins dans l’état actuel des choses."

L'année dernière une équipe de  vigies-requin, chargés de signaler la présence de squales, a été mise en place. Aujourd'hui les surfeurs estiment que la seule solution serait de pêcher et donc d’éliminer ces requins.

Aline Delvoye

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK