Successions et testaments: y a-t-il un "effet Johnny" chez les notaires?

Sylvain Bavier, notaire à La Louvière
Sylvain Bavier, notaire à La Louvière - © Tous droits réservés

Depuis la mort de Johnny Hallyday, la saga de sa succession ne cesse de rebondir et aussi de donner à réfléchir à tous ceux qui ont des biens à transmettre à leurs enfants. Certains notaires constatent un "effet Johnny" avec des clients qui veulent y voir plus clair dans leur succession et qui veulent éviter une guerre entre héritiers.

Sylvain Baviez, notaire à La Louvière constate depuis quelques mois que ses clients se posent beaucoup de questions en assistant à la guerre qui déchire les héritiers de Johnny : "J'ai constaté un certain nombre de rendez-vous supplémentaires que l'on peut avoir, notamment pour des testaments et pour de la planification successorale, sans doute dû à l'impact médiatique de la mort de Johnny".

Déshériter

Peut-on déshériter complètement ses enfants en Belgique ? "À partir du 1er septembre, la part disponible, dont on fera ce que l'on veut, sera toujours d'un demi Cela veut dire que cela ne change rien quand vous avez un enfant. Mais ça pourra effectivement changer lorsque vous avez deux enfants ou plus, puisque vous pourrez, d'une certaine manière, les déshériter un petit peu plus et avoir un peu plus de liberté pour utiliser vos biens, votre patrimoine".

Lina Dramé, veuve d'un entrepreneur de Saint Ghislain, a voulu déshériter sa fille sur un coup de colère: "Nous avons pris la décision de le faire, et on l'a regretté immédiatement. Et, pour réparer tout ça maintenant on a donné à elle seule ce qui restait de ce que nous n'avions pas donné".

Aujourd'hui, la paix est revenue dans la famille. La leçon qu'elle tire de cette expérience, c'est qu'il faut vraiment beaucoup y réfléchir et écouter les conseils de son notaire pour éviter une succession à la Johnny.

Reportage dans notre JT de la mai-journée de ce vendredi:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK