Succès du By-pass chirurgical pour perdre du poids

Succès du By-pass chirurgical pour perdre du poids
Succès du By-pass chirurgical pour perdre du poids - © Tous droits réservés

Le "By-pass" gastrique est opération chirurgicale, pratiquée sur des patients qui souffrent d'obésité morbide. Elle est de plus en plus pratiquée en Belgique. 8500 opérations ont eu lieu l’année dernière, des chiffres qui ont quasi doublé en 5 ans.

Pour le patient, la perte de poids est rapide et spectaculaire: certains perdent 15 kilos en un mois et jusqu’à 60 kilos en un an et demi. Mais ce n’est que la première étape d’un long parcours.

L’opération dure à peine deux heures. Le chirurgien réduit la taille de l’estomac du patient, et celle de son intestin grêle. "Les aliments n'arrivent plus que dans un petit estomac de 30 millilitres pas plus", explique le Professeur Navez, responsable de la chirurgie de l’obésité aux Cliniques universitaires de Saint-Luc, à Bruxelles. "Ils passent directement dans l'intestin. La deuxième fonction de l'opération, c'est la mal absorption de certains aliments, comme les matières grasses".

Résultat: le patient ingère moins d’aliments, il perd beaucoup de poids. Et, forcément, il doit réapprendre à manger. "On dit que 'estomac a la taille d'un  pot de yaourt", explique Mélissa Morretti, diététicienne à la Clinique du Poids idéal, à Bruxelles. "Alors ils vont pouvoir manger le matin un demi verre de lait avec quelque chose de protéiné, même la soupe il ne peuvent pas prendre un grand bol de soupe par exemple".

Exit le gras et le sucré. Le suivi diététique du patient est primordial. Son accompagnement psychologique, aussi.  "Même si elles vont bien la plupart ne se voient pas maigrir", relate Laurence Maroquin, psychothérapeute à la Clinique du poids idéal. "D'autres se plaignent de ne plus se reconnaître".

Le bypass est un succès dans 70% des cas, c’est-à-dire quand le patient parvient à perdre la moitié de son excès de poids.

W. F., avec Elodie Vergelati

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK