Stupéfiants : une tonne de cocaïne, destinée au marché européen, saisie sur la "nouvelle route africaine"

Près d’une tonne de cocaïne, destinée au marché européen et dont la valeur marchande a été estimée à plus de 40 millions d’euros, a été saisie sur la "nouvelle route africaine", au large des îles Canaries, ont annoncé ce samedi les autorités croates et espagnoles.

La cargaison a été découverte sur un voilier battant pavillon croate, avec à son bord trois ressortissants croates. Ils font partie d’une "cellule" du "cartel balkanique spécialisé dans le trafic de drogue sur des voiliers et des yachts", a indiqué la police croate dans un communiqué.

Une nouvelle route pour le narcotrafic ?

Le navire a été intercepté "dans les eaux internationales, à quelque 88 miles (163 km) à l’ouest de l’île de La Palma", a précisé de son côté la Garde civile espagnole. Les trois membres d’équipage ont été arrêtés, selon un communiqué.

La zone est décrite comme "la nouvelle route maritime africaine du narcotrafic international".

Adaptation face aux règles du coronavirus

Les contrôles sanitaires dus au Covid-19 dans différents ports sud-américains ont compromis les plans des trafiquants, qui se voient obligés de recevoir la drogue au large des côtes africaines du Golfe de Guinée, selon la Garde civile espagnole.

Lors de cette perquisition, 980 paquets de drogue, soit 980 kilos, ont été découverts sur le voilier. La valeur marchande de cette quantité de drogue, "destinée à l’Espagne et à la Croatie", a été estimée "à plus de 40 millions d’euros", selon la police croate.


►►► Lire aussi : les dealers pendant le confinement : comment ont-ils contourné les règles de distanciation ?


Dans le cadre de l’opération "Falkusa", le voilier a été observé depuis son départ du port croate de Sibenik, début 2020. Au mois d’août, il s’était dirigé des îles Canaries vers le sud pour embarquer la cargaison.

Plusieurs enquêtes de la Garde civile espagnole ont fait état ces derniers temps d’une "présence toujours plus consolidée" en Galice, dans le sud de la péninsule et sur les îles Canaries, de membres des bandes criminelles de l’Albanie, du Monténégro, de la Croatie et de la Bosnie, "responsables de nombre des importations de cocaïne en Europe".
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK