Stop ou encore à l'enquête sur les abus sexuels dans l'Eglise ?

Image d'illustration
Image d'illustration - © DIRK WAEM - BELGA

L'enquête sur les faits d'abus sexuels au sein de l'Eglise va-t-elle se poursuivre ? C'est à cette question que doit répondre ce mercredi la chambre des mises en accusation de Bruxelles. Une partie des pièces du dossier de l'opération Calice ont disparu en 2012. Selon le parquet, elles ont depuis été remplacées par des copies et le dossier est a nouveau complet. Ce n'est pas ce que l'on pense du côté de l'Eglise

Stop ou encore ? C'est à la chambre des mises en accusation de Bruxelles d'en décider ce mercredi. L'enquête sur les abus sexuels au sein de l'Eglise et sur d'éventuelles négligences coupables risque-t-elle de subir un coup d'arrêt ?

Rappelez-vous, en octobre 2012, des centaines de pièces disparaissent du dossier : 450 environ manquent à l'appel. Certaines ont été jetées par erreur par une femme de ménage. D'autres ont été emportées par l'ancienne greffière du premier juge d'instruction Wim De Troy...

Des copies ont depuis remplacé les procès verbaux manquants. Le dossier est donc à nouveau complet selon le parquet. D'ailleurs, il y a un an la chambre des mises en accusation de Bruxelles estimait que l'enquête pouvait continuer. Arrêt cassé par la Cour de Cassation quelques mois plus tard, parce que l'ancien évêque de Bruges Roger Vangheluwe n'avait pas été entendu.

La chambre des mises en accusation de Bruxelles doit donc à nouveau se prononcer... en disant stop à l'enquête ou en donnant son feu vert pour la poursuite de ce que l'on nomme communément "l'opération calice".

Radia Sadani

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK