Stop à la pub pour les voitures, plaide le Groupement d’Action des Cyclistes Quotidiens (Gracq).

Malgré un salon de l’auto 2021 avorté en raison de la crise sanitaire du coronavirus, le Groupe de recherche et d’action des cyclistes quotidiens (Gracq) s’inquiète de la publicité que la Febiac entend diffuser à l’occasion de cet événement manqué, qui aurait dû se tenir à Bruxelles du 15 au 24 janvier.

Le Gracq plaide ce vendredi pour la suppression de toute publicité pour les voitures, à commencer par celle promouvant des modèles "déraisonnables" pour la sécurité et l’environnement.

"L’année 2020 – exceptionnelle – se clôture sur une diminution des ventes d’une vingtaine de pourcents", analyse Alain Geerts, chargé de mission Mobilité auprès d’Inter Environnement Wallonie (IEW). "Mais les tendances qui se dessinent, renforcées par la crise du Covid, sont d’une part l’arrêt de la production de petites citadines et, d’autre part, le fait que des marques de voitures dites de prestige ou haut de gamme – lourdes, puissantes et rapides – tirent leur épingle du jeu."


►►►A lire aussi : Interdire la pub pour les SUV ? "Les véhicules les plus lourds, ce sont les électriques, pas les SUV"


Or, ces véhicules sont plus polluants et menacent la sécurité routière des usagers de plus petits véhicules, tout comme celle des piétons et cyclistes, souligne le Gracq. "Le climat se dérègle, la biodiversité s’effondre et la pollution de l’air est responsable de plus de 9000 décès prématurés par an en Belgique. La contribution de la mobilité automobile à ces phénomènes est importante." Le groupe dénonce dès lors la publication par la Fédération belge de l’automobile et du cycle (Febiac) d’un magazine publicitaire "Auto 2021" auprès de deux millions de Belges les 9 et 11 janvier et, plus généralement, toute la publicité autour de la voiture.

Virilité, puissance, liberté

"Le désir d’achat est alimenté par des plus-values symboliques attribuées aux véhicules" telles que la "virilité, puissance, liberté et protection face aux 'dangers extérieurs'. Et ça marche ! ", s’inquiète le Gracq.

En 2019, quatre voitures neuves sur dix étaient des SUV ou crossovers, avec une hauteur de caisse surélevée, notait la Febiac dans son bilan 2020.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK