Still standing for culture, Boum 2, discours politiques et manifestations… à quoi s’attendre ce 1er mai ?

Ce 1er mai sonne la traditionnelle des fêtes du travail. Mais en 2021, le contexte est pour le moins particulier. La crise du coronavirus est passée par là. Depuis plusieurs mois, de nombreux secteurs sont à l’arrêt (c’est le cas notamment de l’HoReCa et de la culture et l’événementiel) et à la crise sanitaire s’ajoute les prémices de la crise économique. Par ailleurs la lassitude de la population face aux mesures se fait de plus en plus ressortir.

Lors du dernier Codeco, les autorités ont annoncé des assouplissements. Les terrasses et le secteur culturel pourront par exemple rouvrir le 8 mai, au lieu de la date du 1er mai, initialement mis sur la table.

En ce samedi 1er mai, plusieurs événements sont organisés à travers le pays.

Des événements culturels un peu partout en Belgique

Déjà ce vendredi, plusieurs salles de spectacle avaient décidé de rouvrir leurs portes aux spectateurs avec le respect des règles sanitaires. C’était le cas, par exemple, au théâtre de l’ancre à Charleroi. Une manifestation qui a eu lieu dans le calme.

Ce samedi 1er mai, plusieurs actions sont prévues à travers le pays. Still Standing For Culture entame ce samedi, plusieurs représentations qui auront lieu toute la semaine, jusqu’à la levée d’une partie des mesures, le 8 mai prochain.


►►► A lire aussi : Still Standing for Culture : ce 1er mai, c’est parti pour 9 jours de représentations à travers le pays


Boom 2 : entre craintes et prévention

Un des événements que les autorités semblent redouter c’est la "Boom 2", prévue ce samedi au Bois de la Cambre, à Bruxelles. La page de l’événement a été supprimée sur Facebook, où plusieurs milliers de personnes avaient annoncé leur venue.

Le Premier ministre Alexander de Croo, a d’ailleurs mis la population en garde, ce vendredi, demandant à la population de "ne pas tomber dans ce piège".

Les forces de l’ordre ont renforcé leur présence sur place. Elles surveilleront les lieux, diffuseront des messages de prévention – notamment à l’aide de drones – et interviendront si nécessaire.

Un flashmob a déjà eu lieu dans la matinée à la gare centrale de Bruxelles.


►►► A lire aussi : flashmob à la gare centrale et événement au Bois de la Cambre… la police se prépare à la "boum 2"


 

Des revendications politiques

Il est vrai que toute l’attention médiatique s’est tournée vers la Boom 2 les derniers jours, mais d’autres manifestations avec des revendications beaucoup plus politiques sont également au programme.

Dans l’ordre chronologique, il y a d’abord eu un rassemblement à la place de Brouckère à Bruxelles à 10h30 ce matin. Associations et syndicats y dénonçaient la gestion de crise.

Un peu plus tard, dès midi, la place du Jeu de balle s’est mise à être occupé par "L’alliance du 1er mai révolutionnaire". Leur revendication est la suivante : "desserrer l’étau de nos limites et des mesures policières pour passer à l’offensive sur les enjeux exacerbés par la crise".


►►► A lire aussi : 1er mai : l’accord interprofessionnel au cœur des discours des politiques à l’occasion de la fête du travail


Une heure plus tard, aux alentours de 13 heures la FGTB se rassemble sur la place du Luxembourg dans le cadre de l’opération "Fight for 14", soit une demande d’augmentation du salaire minimum en Belgique à 14€ brut de l’heure.

Enfin à 14 heures une manifestation de soutien aux migrants prendra place Porte de Hal. "Une politique migratoire juste et humaine" y sera revendiquée.

Les présidents de partis s’expriment

En ce jour de fête du travail, les politiques ont sorti leur plus beau costume pour faire un discours comme de coutume. Une tradition toutefois bouleversée par la crise sanitaire. C’est donc au travers vidéos sur les réseaux sociaux que chacun y est allé de son avis sur les différents aspects qui concernent les travailleurs.

Et c’est notamment à propos des discussions sur l’accord interprofessionnel, actuellement dans l’impasse, que Georges-Louis Bouchez, Raoul Hedebouw et Paul Magnette se sont exprimés.

Le MR a en effet dénoncé la "fausse bonne idée" des socialistes. Le PS s’est lui réjouit du "retour de la solidarité". Enfin, le PTB a appelé "les autres partis de gauche" à libérer la norme salariale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK