Stéphane Bleus, "le Madoff belge", inculpé d'escroquerie et blanchiment

Stéphane Bleus en compagnie de Mg Léonard
Stéphane Bleus en compagnie de Mg Léonard - © Belga

Stéphane Bleus, surnommé le "Madoff belge", a été inculpé pour escroquerie, blanchiment et exercice illégal d'intermédiaire financier et placé sous mandat d'arrêt dès hier soir. Interpellé ce mardi à 15H20 à Anvers par le juge d'instruction Michel Claise, le parquet confirme que c'est l'ami qui le cachait dans la ville portuaire qui a fini par indiquer aux autorités où le trouver.

Des dizaines d'investisseurs avaient dénoncé une escroquerie financière de type "Madoff" mise au point depuis 2010 par Stéphane Bleus par le biais de la société luxembourgeoise Pegasius. Il aurait escroqué une septantaine de personnes pour près de 100 millions d'euros. Un montant que le parquet juge toutefois "exagéré", sans pouvoir avancer de chiffre précis à ce stade.

Stéphane Bleus attirait des investisseurs crédules par la promesse de rendements jamais vus. Des documents et prospectus aux allures professionnelles annonçaient monts et merveilles. Seul problème, les capitaux ne sont pas investis comme promis, l'argent des nouveaux servait à payer les intérêts aux premiers venus.

La pyramide s'est brusquement effondrée en janvier dernier. L'homme a disparu, après avoir vidé ce qu'il restait dans les comptes.

Parmi les victimes potentielles de Stéphane Bleus, l'Eglise, car il avait tout fait pour s'attirer ses bonnes faveurs, ouvrant notamment une librairie catholique avenue Louise à Bruxelles. Monseigneur Léonard aurait envoyé un mail à Stéphane Bleus en septembre 2013 pour solliciter des fonds pour l'agrandissement d'un séminaire, indique l'Echo. Il semble qu'il n'ait rien obtenu.

Ces derniers jours, les auditions s'étaient multipliées à la PJ et à l'Inspection spéciale des impôts (ISI), selon L'Echo qui fait état d'un "tuyau" parvenu aux enquêteurs sur la planque de Stéphane Bleus chez un ami à Anvers. L'homme n'a opposé aucune résistance, selon le journal.

Une instruction est aussi en cours au Grand-Duché où des perquisitions ont eu lieu. Des plaintes y avaient été déposées pour faux, usage de faux et escroquerie.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK