Station spatiale: la Chine franchit une nouvelle étape

Deux autres vaisseaux devraient être lancés l'année prochaine.
Deux autres vaisseaux devraient être lancés l'année prochaine. - © EPA/T TIAN

La Chine a lancé avec succès mardi un vaisseau inhabité qui tentera le premier rendez-vous spatial chinois en s'amarrant à un module d'essai déjà en orbite, étape cruciale vers la construction d'une station spatiale prévue vers 2020, a annoncé l'agence officielle Chine nouvelle.

Le vaisseau Shenzhou VIII a été lancé dans le désert de Gobi (nord-ouest de la Chine) par une fusée Longue Marche 2F. Il s'est séparé de sa fusée de lancement à quelque 200 km au-dessus de la Terre, a indiqué l'agence.

Shenzhou VIII doit s'arrimer prochainement à Tiangong-1, un module d'essai lancé le 29 septembre dernier. Il s'agira pour la Chine de son premier rendez-vous spatial, une technologie cruciale dans la conquête de l'espace.

Cet amarrage sera réalisé dans le cadre du programme visant à doter la Chine d'une station orbitale comme l'ancienne station russe Mir ou la Station spatiale internationale (ISS) dans laquelle un équipage peut vivre en autonomie durant plusieurs mois,

Si ce premier rendez-vous spatial est réalisé avec succès, la Chine lancera l'année prochaine deux autres vaisseaux, successivement Shenzhou IX et Shenzhou X, dont l'un sera habité.

Deux femmes font partie des astronautes qui s'entraînent en vue de cette mission, selon l'agence. Si elles sont choisies, elles seront les premières Chinoises à être envoyées par leur pays dans l'espace.

La Chine a procédé à son premier vol spatial habité en 2003, devenant le troisième pays à envoyer des hommes dans l'espace après l'Union soviétique et les Etats-Unis.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK