Sri Lanka: les Affaires étrangères avaient mis à jour il y a 6 mois leur avis pour les voyageurs, incitant à la prudence

Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony de Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019
4 images
Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony de Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 - © ISHARA S. KODIKARA

Au moins 156 personnes ont péri dimanche dans une série d'attentats contre trois hôtels de luxe et trois églises du Sri Lanka, où était célébrée la messe de Pâques, a annoncé la police. Au moins 35 étrangers figureraient parmi les victimes, selon un bilan provisoire à 10h, heure belge.

Le Sri Lanka n'était pourtant pas une destination déconseillée: on n'y a plus enregistré d'attentat depuis 2009. Il est toutefois à noter que les Affaires étrangères belges avaient mis à jour leur avis sur la "sécurité générale" après les événements d'octobre 2018: " Le 26 octobre 2018 le Président Sirisena a tenté de changer le Premier Ministre en fonction, explique leur site.  S'en est suivie une période de turbulence politique. La situation s'est entretemps calmée mais de nouvelles tensions ne sont pas à exclure. Même si la situation s’est améliorée sensiblement les dernières années, des tensions  ethniques et religieuses restent présentes. Evitez les manifestations ou rassemblements politiques qui peuvent dégénérer en violence'.

"Dans les provinces du Nord et de l’Est, la situation s’est également nettement améliorée. Les touristes souhaitant se rendre dans la province du Nord ne doivent plus solliciter d’autorisation préalable auprès de l’armée. La reconstruction des infrastructures touristiques est en cours, même si certaines zones restent encore à déminer. Il est conseillé de rester prudent lors de tout déplacement dans cette zone et de s’informer à l’avance sur l’état des infrastructures routières et hôtelières. Evitez les installations militaires et soyez attentifs à tout signalement de mines."

Le gouvernement français rappelait lui qu' aucun acte terroriste n’a été enregistré à Sri Lanka depuis la fin de la guerre en 2009 mais que "Le risque de reprise d’actes violents ne peut toutefois être écarté et des tensions ethniques et/ou religieuses sont perceptibles dans l’ensemble du pays, en dépit de la politique de réconciliation menée par le gouvernement".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK