Sous le choc, les restaurateurs s'organisent : fermeture, marchandises et take-away

Une nouvelle fermeture de l’Horeca a été annoncée à partir de ce lundi pour quatre semaines. Un coup de massue. Une décision parfois accueillie avec des pleurs. Il s’agit d’un véritable coup au moral. L’incertitude financière domine car nul ne sait si la fermeture sera réellement d'un mois. L'incertitude plane également sur le montant des aides promises par les gouvernements.

"C’est un couperet, c’est une incompréhension, c’est très pénible à entendre. Le secteur tout entier a réagi sur les réseaux sociaux. On estime être sacrifiés, punis. On a un manque de perspectives. II y a une désolation. Je pense qu’il y a même un peu d’irrespect pour un secteur tout entier qui a fait beaucoup d’efforts" estime Thierry Neyens, le président de la Fédération Horeca Wallonie.

Appel à la solidarité : des frigos à vider

Cela ne laisse qu’un week-end à tout un secteur pour s’organiser. Une fois encore, les frigos sont remplis de marchandises. Les appels à la solidarité se multiplient sur les réseaux sociaux. L’Horeca représente plus de 60.000 entreprises en Belgique.

D’un restaurant à un service traiteur

Pendant le couvre-feu, les commandes de plats à emporter pourront avoir lieu jusqu’à 22 heures dans les restaurants. Certains établissements ont la possibilité de se transformer en service traiteur. Une solution pour tenter de couvrir les frais fixes. D’autres garderont leurs portes closes. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK