Soupçonné d'empoisonnement pour 17 nouveaux cas: l'anesthésiste de Besançon laissé libre sous contrôle judiciaire

Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients, a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi ses avocats.

"Un contrôle judiciaire, comme c'était le cas jusqu'alors depuis deux ans, a été prononcé. Nous considérons que c'est une bonne décision", qui "se démarque de ce qui pourrait être un emballement judiciaire", a déclaré à la presse Me Jean-Yves Le Borgne, l'un de ses avocats, cité sur BFMTV.

Le docteur Péchier, déjà mis en examen en 2017 pour sept cas d'empoisonnements, a de nouveau été mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" pour dix-sept nouveaux cas de patients, dont sept sont décédés.

Le procureur de la République, Etienne Manteaux, avait annoncé jeudi après-midi, lors d'une conférence de presse, demander le placement en détention provisoire du médecin âgé de 47 ans, mais au terme de plusieurs heures d'audience à huis clos, la juge des libertés et de la détention l'a laissé libre, sous contrôle judiciaire, comme c'est le cas depuis 2017. Il lui est interdit d'exercer sa profession.

Des doses létales

L'enquête conduite dans le cadre de la première information judiciaire avait établi que les patients avaient reçu des doses létales de potassium et d'anesthésiques, administrées volontairement.

Le docteur Péchier n'était pas en charge de ces patients mais avait été appelé pour ranimer certains d'entre eux.

Le fait que l'anesthésiste ait exercé dans les deux établissements où les incidents opératoires s'étaient produits et qu'il ait parfois posé le bon diagnostic pour ranimer ces malades en arrêt cardiaque le désignait comme principal suspect aux yeux des enquêteurs.

Ceux-ci le soupçonnent d'avoir sciemment modifié les poches d'injection de confrères afin de créer des incidents opératoires pour exercer ensuite ses talents de réanimateur.

Déclaration de Me Jean-Yves Le Borgne, avocat du docteur Péchier, ce 16 mai

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK