Soeur Sourire, Charles Darwin, une descente aux enfers ?

RTBF
RTBF - © RTBF

"A l'époque où Jean sans terre d'Angleterre était le Roi, Dominique notre père combattait les Albigeois"… Imaginez que vous soyez producteur dans une grande firme de disques à la recherche de nouveaux talents qui pourraient cartonner au box office. Oseriez-vous parier un euro là-dessus ?

Et pourtant...Ces paroles sont celles du premier couplet du désormais légendaire "Dominique, nique, nique..." de la très mal nommée Sœur Sourire. Très mal nommée car ce succès éphémère est sans doute à l'origine pour elle d'un destin peu fortuné qui finira par un suicide, 22 ans après avoir été numéro 1 au hit-parade américain sous le nom évocateur de la Singing Nun.
Le reportage de François Lizen et Serge Ruyssinck enquête sur le destin tragique de Jeanne Paul-Maire Deckers alias Sœur Luc-Gabriel alias Sœur Sourire en se demandant qui l'a tué. Les dominicaines de Fichermont qui l'auraient laissé tomber ? Le fisc belge qui ne lui fit aucun cadeau ? La firme de disque Philips qui aurait profité de son succès sans la rétribuer directement ? Des intermédiaires qui auraient encaissé les bénéfices ? Bref, où donc est passé l'argent de cet étonnant succès commercial international ? A moins que ce succès lui-même ne soit responsable du drame ? L'histoire de Sœur Sourire est à ce point digne d'un scénario de roman ou de film qu'elle a inspiré le cinéaste Stijn Coninckx, l'auteur du célèbre Daens, avec pour incarner Sœur Sourire la lumineuse namuroise Cécile de France. Voilà qui perpétue le mythe d'une chansonnette écrite à la gloire de Saint Dominique, combattant les Albigeois à l'époque où Jean sans terre était roi d'Angleterre...
Charles Darwin et les créationnistes

Il y a un siècle et demi, c'était la reine Victoria sur le trône d'Angleterre...Un de ses sujets, Charles Darwin, entrait dans la postérité en publiant un ouvrage qui allait lui aussi connaître un sujet mondial : sur l'origine des espèces au moyen de la sélection naturelle. Très vite l'ouvrage déclenche un vif débat qui déborde la sphère scientifique en raison de l'opposition de l'Eglise à la théorie darwiniste. A l'évêque d'Oxford lui demandant si c'est par son grand-père ou par sa grand-mère qu'il descendait  du singe, le scientifique Huxley, grand défenseur de Darwin, répondit  qu'il préférait descendre du singe plutôt que d'un homme instruit qui utilisait sa culture et son éloquence au service du préjugé et du mensonge.
150 ans plus tard, Gorian Delpature et Jean-Marc Panis montrent que le débat n'est toujours pas clos. Certains courants religieux, lisant la Bible ou le Coran au pied de la lettre, refusent d'envisager tout principe d'évolution : Dieu a fait l'homme à son image, a créé la terre, le ciel, la mer et les animaux en six jours. Au point de revendiquer de pouvoir, contre toute évidence scientifique, enseigner à la place de la théorie de Darwin une théorie "créationniste". Ce véritable lobby obscurantiste, qui n'est absolument pas suivi par les autorités religieuses de notre pays, est assez puissant outre-Atlantique. Vous découvrirez que dans nos écoles aujourd'hui, certains musulmans et certains chrétiens disent, je cite, "ne pas croire" à la théorie de l'évolution... Comme si la science était affaire de foi. Précisons que Darwin, quand on l'interrogeait sur le sujet, estimait que jamais il n'avait nié l'existence de Dieu.

Pierre Marlet, chef de production de "Questions à la une" 

Qui a tué Sœur Sourire ? par François Lizen et Sere Ruyssinck

Le créationnisme, un danger pour nos écoles ? par Gorian Delpature et Jean-Marc Panis

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK