SNCB: "Grèves organisées" par le PTB? Ce dernier dément

Jo Cornu dénonce des "grèves organisées"
Jo Cornu dénonce des "grèves organisées" - © RTBF

L'administrateur délégué de la SNCB, Jo Cornu, est furieux contre les actions de grève qui touchent le réseau ferroviaire depuis vendredi. "Ce ne sont pas du tout des grèves spontanées, il est clair que ce sont des actions organisées", dit-il à la RTBF. Le PTB a tenu à démentir qu'il serait impliqué.

Le patron de la SNCB déclare : "J’entends que, dans les médias, on parle de ‘grève spontanée’. Et on constate qu’il ne s’agit pas du tout de grèves spontanées, mais bien de grèves organisées". Organisées par qui ? "J’entends des déclarations de responsables syndicaux locaux qui ne sont pas en ligne avec celles des responsables nationaux des syndicats, mais qui soutiennent ces grèves. C’est inquiétant car il y a clairement une dissonance à l’intérieur des syndicats" poursuit Jo Cornu.

Selon lui ces actions sont peut-être organisées par "un syndicat non reconnu. Mais cela peut aussi être des grèves politiques, je pense par exemple au PTB, qui pourrait très bien les organiser".

Ces actions "inutiles" sapent les efforts réalisés ces dix derniers mois afin d'améliorer le service et la ponctualité des trains. "C'est complètement destructeur", estime Jo Cornu.

Le PTB a tenu à réagir ce mardi après-midi. Son porte parole nie toute implication de son parti. "Le PTB dément l'affirmation selon laquelle il serait à la base des actions de grève spontanée aux chemins de fer à Charleroi et à Liège", fait savoir la formation de gauche radicale par voie de communiqué. "Au contraire (...), le PTB soutient le plan d'action du front commun syndical (...). Au lieu de chercher un bouc émissaire et de repousser cette action dans un coin politique, Jo Cornu ferait mieux de s'en prendre aux économies que le gouvernement de droite impose aux chemins de fer", a Raoul Hedebouw.

La N-VA veut rendre contraignant un protocole contre les grèves sauvages

La N-VA dénonce les grèves qui perturbent le trafic ferroviaire. Elles montrent la nécessité de trouver "une solution structurelle", selon la députée Inez De Coninck, qui veut couler dans une loi un protocole d'accord interne à la SNCB.

Conclu il y a quelques années, ce protocole doit permettre d'éviter les grèves impromptues et minimiser les désagréments pour les usagers du rail. Lors de la législature écoulée, le Sénat avait envisagé la possibilité de le rendre contraignant sous forme d'une loi, avant que le projet ne soit renvoyé au Conseil d'État à la demande des socialistes.

Inez De Coninck veut remettre le dossier sur la table. "Nous appelons tous les partenaires sociaux à participer à la concertation et à accompagner l'introduction du protocole", dit-elle, se réjouissant par ailleurs que la CSC ait pris ses distances avec les grèves sauvages.

A.L. avec S. Lepage

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK