Single day, Black Friday, des journées favorables au commerce... en ligne: des enseignes boycotteront

Single day, Black Friday, des journées favorables au commerce en ligne: des enseignes françaises dénoncent
Single day, Black Friday, des journées favorables au commerce en ligne: des enseignes françaises dénoncent - © AFP

Le 29 novembre prochain, c’est le retour du "Black Friday". Le temps d’un week-end, les Français, mais aussi les Belges pourront profiter de soldes et bonnes affaires à gogo auprès de produits essentiellement high-tech (ordinateurs, tablettes,…).

De quoi faire plaisir aux consommateurs, à quelques jours de Saint Nicolas ou quelques semaines de Noël, mais aussi aux grandes enseignes, qui tirent d’importants bénéfices de ce "Black Friday". Selon une étude de Retailmenot, le montant total des dépenses pour le premier jour du Black Friday s’élèverait à 5,970 milliards d’euros, soit une croissance de 4,1% par rapport en 2018. Le week-end devrait aussi rapporter gros aux commerçants avec un chiffre de 4,910 milliards d’euros de dépenses annoncé.

Des marques qui prennent le contre-pied du Black Friday

Mais si ce vendredi noir semble une bonne opération pour le compte en banque, il l’est moins pour la planète, tant il encourage à la surconsommation. Face à ce constat, 200 marques françaises ont lancé le collectif "Make Friday Green Again", afin de restaurer autant que possible une consommation raisonnée et responsable, et boycotteront le "Black Friday" cette année. 

Initié par Faguo, le collectif compte parmi ses adeptes Nature et Découvertes, émoi émoi ou encore Le Pantalon, toutes soucieuses de protéger l’environnement. "Cette journée rend précaires les emplois en ne rémunérant pas les fabricants, les marques et les magasins au juste prix. Elle participe aussi au dérèglement climatique en encourageant la surproduction", a expliqué le fondateur du collectif, Nicolas Rohr, au Parisien, et cité par la chaîne d’informations, CNews.

Cette opération de boycott du "Vendredi noir" pour des raisons écologiques n’est pas la première, en France. Déjà, en 2018, le réseau "Envie", qui répare des appareils électroménagers jetés, avait créé le mouvement contre la surconsommation, "Green Friday". Plus de 150 entreprises avaient rejoint ce mouvement, s’engageant ainsi à reverser 15% des bénéfices de leurs ventes réalisées le week-end du Black Friday, à des associations engagées en faveur du développement durable.

Une initiative comparable avait également vu le jour, sous le nom de "BlueFriday". Initiée en 2015, l’idée était de boycotter les promotions du "Vendredi noir" pour aider à la protection des océans, en appelant les participants à prendre une heure de leur temps ce jour-là pour ramasser les déchets autour de chez soi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK