Sida: les jeunes belges moins prudents que leurs aînés ?

Sida: les jeunes belges moins prudents que leurs aînés ?
Sida: les jeunes belges moins prudents que leurs aînés ? - © Tous droits réservés

C’est aujourd’hui la journée mondiale de lutte contre le sida. En Belgique, plus de 1000 infections VIH ont encore été diagnostiquées en 2015. Un chiffre en baisse depuis 3 ans. Mais pas encore de quoi crier victoire. Selon le dernier rapport de l’Unicef, si on ne se mobilise pas, le nombre de nouvelles infections par le VIH chez les adolescents pourrait augmenter de 60% d’ici à 2030.

A l’échelle mondiale, l’infection VIH reste l’une des premières causes de mortalité chez les adolescents. Toutes les deux minutes, un jeune âgé de 10 à 19 ans est contaminé par le sida. L’Afrique subsaharienne étant la région la plus touchée.

En Belgique…

En Belgique, le sida concerne surtout les 30-40 ans. Mais est-ce que les jeunes sont pour autant conscientisés ? En tout cas, selon les chiffres, oui. Dans l’enseignement secondaire supérieur, c’est-à-dire entre la 4ème et la rhéto, 1 jeune sur 2 a déjà eu un rapport sexuel. Et près de 95% d’entre eux se sont protégés.

" Il faut se protéger sa santé !  C'est ce qu'on a de plus cher donc c'est plus important.... On ne sait jamais y'a toujours on sait jamais y'a toujours un risque il faut savoir dire non ! Si jamais il ne veut pas, on refuse " nous a confié l’un d’entre eux.

On remarque néanmoins des différences selon le milieu social des adolescents. Dans les familles aisées, 97% des jeunes se protègent lors du premier rapport. Dans les familles plus précarisées, ce chiffre tombe à 90%.

Les jeunes et le préservatif

Mais ce qui semble toucher tout le monde, c’est cette tendance à abandonner trop vite le préservatif, sans faire de tests de dépistage. Les connaissances des jeunes sur le sida restent d’ailleurs imparfaites. 15 % des ados pense qu'on peut être contaminé en embrassant une personne séropositive. Le préservatif souffre encore souvent d’une image négative. Les traitements contre le sida sont efficaces, les séropositifs peuvent mener une vie quasi normale. Les jeunes ont donc tendance à moins avoir peur de la maladie. Les personnes qui ont aujourd’hui 30-40 ans appartenaient à la génération préservatifs. Aujourd’hui, certains jeunes semblent moins prudents.Et les connaissances des jeunes sur le sida restent d’ailleurs imparfaites. 1 jeune sur 5 pense que le virus peut se transmettre via une piqure de moustique. Et 15% des ados pensent qu’on peut attraper le sida en embrassant une personne séropositive.

Du côté de la plateforme prévention sida que des directeurs d’établissements notamment techniques et professionnels sont encore réticents à accueillir les professionnels de la prévention. Autant dire que, même en Belgique, il y a encore du chemin à faire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK