Sibérie : des mystérieux cratères géants causés indirectement par le réchauffement climatique

Un cratère formé dans la péninsule de Yamal, dans le nord de la Sibérie.
Un cratère formé dans la péninsule de Yamal, dans le nord de la Sibérie. - © VASILY BOGOYAVLENSKY - AFP

Depuis des années, la présence d’énormes cratères découverts dans la péninsule de Yamal en Sibérie intrigue les scientifiques. En 2014, des chercheurs russes estimaient que, pour expliquer l’origine de ces cratères, l’hypothèse la plus plausible soit liée à la présence de méthane (un gaz hautement explosif) dans le sol. Au moins neuf de ces cratères géants auraient déjà été recensés dans cette région du nord de la Sibérie. Comme l’explique CNN, après le survol en hélicoptère d’un de ces cratères, une nouvelle expédition a été menée en août dernier.

Ce cratère géant mesure une vingtaine de mètres de large pour une profondeur de 30 mètres. Selon Evgeny Chuvilin, chercheur à l’Institut Skolkovo, il est difficile d’estimer le nombre précis de cratères présents dans cette région, ils apparaissent souvent dans des zones inhabitées. On les découvre par hasard lors d’un survol en hélicoptère, ou ils sont parfois signalés par des chasseurs de rennes. Par ailleurs, dans les deux ans de sa formation, un cratère peut se remplir d’eau et se transformer en lac, le rendant difficilement accessible pour la recherche.

Explosion de méthane

Les observations récentes ont montré que des gaz, principalement du méthane, peuvent s’accumuler dans les couches supérieures du pergélisol (le permafrost, qui reste gelé en permanence). C’est un phénomène qui est observé également au Groenland, par exemple. Parfois ce méthane se libère lentement, augmentant la quantité de gaz à effet de serre présente dans l’atmosphère. Mais il peut arriver que le gaz accumulé crée une pression très forte, qui finit par exploser à travers la couche supérieure du sol gelé, déplaçant les roches et creusant un cratère géant.

Ce méthane est le résultat de la fermentation de matières organiques en l’absence d’oxygène. Avec le réchauffement climatique, des quantités importantes de méthane se libèrent, accélérant du même coup ce réchauffement, par l’effet de serre. Et dans ces zones proches de l’Arctique, des températures record sont observées ces dernières années. Il semble que c’est à la fin des étés extrêmement chauds de 2012, 2016 et 2020 que des cratères de ce type (par explosion de gaz) sont apparus. Selon les dernières observations, les explosions qui ont creusé des cratères ont aussi libéré d’énormes blocs de glace ou de sol gelé qui sont retombés sur la surface.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK