"Si on attend que le monde du football se gère par lui-même, on peut encore attendre longtemps"

Ce mercredi 29 janvier, le footgate s'est quelque peu réveillé avec les perquisitions au Standard, ainsi qu'au domicile de son président, Bruno Venanzi. Une opération liée au dossier de l’agent de joueur (notamment de Diables Rouges) Christophe Henrotay, interpellé à Monaco en septembre dernier et inculpé pour blanchiment, corruption privée, association de malfaiteurs, faux et usage de faux.


►►► Retrouvez notre dossier sur le footgate


Depuis le début du footgate, en automne 2018, plusieurs dossiers sont ouverts dans différentes juridictions du pays. "Les symptômes d’une même maladie" commente Jesse De Preter, président de la Fédération belge des Agents de Football (BFFA), invité de la matinale sur La Première. "Il y a des liaisons dangereuses dans le football belge, ce serait naïf de le nier. Il y a un repenti de Dejan Veljkovic, qui par la voix de son avocat a confirmé et avoué commis certains faits qui sont très très graves. L’avocat a annoncé de manière assez spectaculaire que tout le monde est impliqué dans le monde du football belge, c’est à voir."

Plus d'agents que de joueurs professionnels : tout le monde peut devenir agent

Et de pointer l'absence de réglementation, de législation autour de la fonction d'agent de joueur. "On est le seul pays en Europe qui n’a pas de règles contraignantes sur un contrat d’un agent avec son joueur. Ça a tenté des gens scrupuleux, afin de se faire de l’argent rapide.(...) Il suffit d’avoir un casier judiciaire vierge pour être agent. Ce qui a mené, à cette situation stupide en Belgique, qu’il y a plus d’agents que de joueurs professionnels de football."

Depuis longtemps, la BFFA plaide pour la définition d'un accès à la profession d'agent de joueur de football. "Il faut commencer au niveau fédéral : on a besoin d’une loi, et d’un institut professionnel pour les agents. Et quand c’est fait, on peut alors affiner au niveau régional."

La Clearing House, "une aberration"

On peut pourtant souligner la mise en place d'un mécanisme de contrôle via la création d'une Clearing House par la Pro League, qui devrait être effective pour le mercato 2020. Jesse De Perter, du temps où il était membre du conseil d'administration de la Pro League, a participé en 2012 à l'élaboration d'une règlementation pour cette Clearing House, qui a été, selon ses propos, bloqué par la Pro League. "Ce que la Pro-League en a fait, c’est une aberration, c’est illégal. C’est un institut qui est partiel, tous les membres sont nommés par la Pro League, ils s’octroient des compétences juridique et disciplinaire. Ils vont donc gérer les conflits de clubs entre eux, ça rend donc cet institut superflu parce qu’il n’est pas crédible. Au BFFA, nous voulons une vraie Clearing House, comme en Angleterre."

Pour le vice-président de la BFFA, le monde du football belge est incapable de s'auto-réguler. "Il y a quelques essais très peu réussis d’auto-nettoyage, d’auto-régulation. J’attends donc une intervention des autorités, si on attend que le monde du football se gère par lui-même, on peut encore attendre longtemps."

Des inculpés toujours membre de l'Union belge de Football

Sur le cas de Christophe Henrotay, agent de plusieurs Diables Rouges, inculpé en septembre 2019, et un des membres cofondateurs de la BFFA, Jesse De Preter précise que celui-ci a démissionné il y a une semaine de sa fonction de vice-président. Est-ce un peu tard, alors qu’il a été inculpé il y a plusieurs mois ? N’est-ce pas une liaison dangereuse ? "Avant que quelqu’un soit condamné, on ne peut évidemment pas l’exclure, on ne va pas exécuter les gens sur la place publique parce qu’ils sont interrogés par la justice." Jesse De Preter en appelle aussi à la responsabilité de l'Union belge de Football. "Je tiens à faire remarquer que Christophe Henrotay, jusqu’à aujourd’hui, est toujours reconnu comme agent par l’Union belge de Football. Tout comme les dirigeants inculpés, sont toujours dirigeants de club et toujours membres de l’Union."

Jesse De Preter est également agent de Roberto Martinez, entraîneur des Diables Rouges. Il n'a pas voulu revenir ses propos sur LN24, selon quoi l'entraîneur serait sous-payé depuis quatre ans. Et de déclarer attendre que les négociations avec l'Union commencent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 13h
en direct

La Une

JT 13h