"Si aucune mesure n'est prise, nous ne l’accepterons pas », déclare le directeur du théâtre Le Public

Depuis ce samedi matin et pour toute cette journée de la justice sociale, le secteur culturel, à l’arrêt depuis plusieurs mois, s’est mobilisé pour faire entendre sa voix, demander des perspectives et la reprise des activités avec le respect des mesures sanitaires.

Et tant que la culture ne sera pas accessible, le directeur du théâtre Le Public, Michel Kacenelenbogen laissera pousser sa barbe et ses cheveux. "Il s’agit de la partie visible, la tristesse qu’il y a à l’intérieur. Il faut que cela sorte par quelque part et c’est par là. Je reviendrai à une coupe correcte quand tous les lieux de culture pourront rouvrir", témoigne le directeur. 
 

Le secteur a mal

A l’arrêt depuis bientôt presque un an, le théâtre Le Public a dû mettre 217 personnes au chômage économique. Le secteur culturel a mal, mal financièrement mais aussi psychologiquement. "La culture permet de contribuer, comme il le faisait auparavant, à la santé mentale des citoyens. Les effets collatéraux deviennent de plus en plus conséquents", dit-il sur le plateau du JT de 13h00.

"La question que l’on doit se poser c’est : est-ce que quelqu’un se préoccupe encore de la santé mentale des citoyens ? La culture comme l’éducation sont des piliers de la démocratie et c’est fondamental que ça change maintenant. Si aucune mesure n'est prise, nous ne l’accepterons pas", ajoute le directeur du théâtre Le Public, faisant référence au prochain comité de concertation qui se tiendra le 26 février prochain. 


►►► Lire aussi : #StillStanding For Culture : les artistes se mobilisent, 300 actions dans 100 villes dans toute la Belgique


L'aspect financier fait également jaser le Directeur du théâtre puisqu'il a remarqué que les aides promises "urgentes'" ne sont pas encore arrivées

Ça devient assez insupportable

"Les différents pouvoirs politiques se renvoient la balle. Ça devient assez insupportable parce que les artistes entendent que des aides vont arriver". Il souhaite des perspectives et conclu en disant que "nous sommes dans quelque chose de surréaliste. Il faut que ça s’arrête".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK