Sharia4Belgium: le procureur requiert 15 ans de prison pour Belkacem

Le ministère public a requis de lourdes peines. Pour Fouad Belkacem, qu'il considère comme le chef de cette organisation, il a réclamé 15 ans de prison et 30 000 euros d'amende, soit la peine maximale.

Pour les 15 autres membres principaux de Sharia4Belgium, la procureure fédérale Ann Fransen a demandé des peines de prison allant de 8 à 15 ans ainsi que jusqu'à 30 000 euros d'amende.

Jejoen Bontinck, qui a livré des aveux détaillés à son retour de Syrie, encourt 4 ans de prison et 6 000 euros d'amende pour participation aux activités d'un groupement terroriste.

Pour les 29 autres prévenus, des peines de prison de 12 mois avec sursis jusqu'à 10 ans ferme ont été requises.

Fouad Belkacem n'était pas présent au tribunal correctionnel d'Anvers pour la deuxième journée de procès. "Il a ses raisons, mais cela ne signifie certainement pas une absence de respect envers le tribunal", a indiqué son avocat Me John Maes.

La séance a été levée vers 12h30. La défense et les parties civiles s'exprimeront à leur tour le 8 octobre.

Détails des implications

Après avoir décrit lundi le rôle joué par dix premiers protagonistes, le ministère public a donné des éclaircissements sur l'implication de 36 autres prévenus, au deuxième jour du procès pour terrorisme du groupuscule Sharia4Belgium. Parmi eux, Nabil K. et Brahim B, considérés comme des leaders de l'organisation et jugés par défaut.

Tous deux avaient des responsabilités particulières au sein du groupuscule: ils s'occupaient des contacts internationaux avec des personnes partageant leur idéologie et ont également fait office de pionniers dans la lutte armée à l'étranger.

Dans cette optique, ils se sont rendus du 19 au 25 janvier 2012 au Liban, où ils ont vraisemblablement rencontré le théologien djihadiste Omar Bakri. Ils ont par ailleurs voyagé au Yémen pour tenter d'entrer en contact avec Al Qaïda, mais aussi en Syrie en août 2012.

De son côté, Houssien E., qui est probablement mort en Syrie, dirigeait avec Elias T. et Abdelmajid G. la branche vilvordoise de Sharia4Belgium. L'intéressé a lui aussi joué un rôle important puisqu'il était à la tête d'un groupe de combattants étrangers en Syrie. L'homme cite d'ailleurs ce groupuscule comme employeur sur son profil Facebook. Il revenait également à Houssien E. de donner son approbation pour le départ de combattants depuis la Belgique. Il organisait leur voyage et les récupérait à la frontière syrienne. C'est lui aussi qui avait décidé de la détention de Jejoen Bontinck.

Brian De Mulder (21 ans), l'un des derniers de la liste, est poursuivi pour sa participation aux activités d'un groupe terroriste et pour des menaces. 

Brian De Mulder a partagé durant quelques semaines une cellule de prison avec Fouad Belkacem. C'est à ce moment qu'il s'est radicalisé. Il a ensuite été repéré en train de prêcher en rue et a écrit des lettres à Fouad Belkacem qui montrent son admiration pour le leader de Sharia4Belgium.

Le 22 janvier 2013, il est parti en Syrie, où il a rejoint Magli Shura, et a pris part aux activités de cette organisation terroriste. Des messages vidéos diffusés sur sa chaîne Youtube et réalisés par le coprévenu Azeddine K.B. le montrent en train de proférer des menaces à l'encontre du ministre de la Défense en affaires courantes Pieter De Crem, de l'homme politique néerlandais Geert Wilders et de la population belge en général.

Nora V., la femme de Tarik T., s'est elle aussi rendue en Syrie. Il ressort d'une conversation téléphonique avec sa mère qu'elle y a suivi des entraînements et participé aux combats. Elle a ainsi raconté qu'elle avait été choisie pour commettre un attentat-suicide et qu'elle voulait mourir en martyr. Sur sa photo de profil Facebook, elle porte une burqa et pose avec des armes.

Vigilance maximale

Fouad Belkacem n'était donc  pas présent ce mardi au procès. Walid L. et El Ouazna N. étaient également absents. Ils étaient représentés par leurs avocats.

Hakim E., Elias T., Jejoen Bontinck, Mohamed E.Y., Bilal E.M. et Michaël Delefortrie étaient par contre présents au procès. 

Abderrahim Lahlali a été interdit de tribunal durant une journée après son passage lundi à l'émission de la VRT "Reyers Laat", malgré une interdiction du bâtonnier d'Anvers.

La vigilance est maximale autour du Palais de justice anversois. Les personnes désirant assister au procès doivent se prêter à un contrôle d'identité et passer au détecteur de métaux.

Belkacem, dirigeant de l'ogranisation

Lundi, le procureur avait décrit les activités et les objectifs de l'organisation Sharia4Belgium: diffusion de l'idéologie via internet et les réseaux sociaux, recrutement de jeunes musulmans via des prêches de rue, endoctrinement de ceux-ci lors d'entraînements idéologiques et physiques, actions violentes en Belgique et lutte armée en Syrie, toujours selon le ministère public.

Ces activités étaient planifiées depuis un appartement d'Anvers qui servait de quartier général à Sharia4Belgium, selon le ministère public. 

Pour le ministère public, Fouad Belkacem, fondateur de l'organisation, avait une fonction de leader dans chaque activité du groupe. Il est accusé d'avoir dirigé une organisation terroriste.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK