Sharia4Belgium: Fouad Belkacem déchu de sa nationalité belge

Fouad Belkacem a été déchu de sa nationalité belge, suite à une décision de la cour d'appel d'Anvers ce mardi, estimant qu'il manquait gravement à ses obligations en tant que citoyen belge. Il n'a plus que sa nationalité marocaine.

Fouad Belkacem a été condamné en janvier 2016 à douze ans de prison et 30.000 euros d'amende en tant que dirigeant du groupe terroriste Sharia4Belgium. La procédure pour le priver de sa nationalité belge a été lancée en octobre 2016.

Selon le parquet général d'Anvers, il représente une menace permanente pour la sécurité publique et a sérieusement manqué à ses obligations de citoyen belge. Son avocate, Me Liliane Verjauw, reconnaît ses lacunes mais affirme qu'il ne représente plus un danger pour la société. Le déchoir de sa nationalité est disproportionné, selon elle. Seul deux recours sont possibles pour l'ancien leader de Sharia4Belgium : en  cassation ou la cour de Justice de l'Union européenne. La décision quant à un éventuel recours en cassation n'a pas encore été prise, a précisé son avocate.

Sa nationalité belge retirée, Fouad Belkacem craint surtout la prochaine étape, son extradition vers le Maroc. "Mais il n'a plus aucun lien avec le Maroc. Il a essayé de renoncer à sa nationalité marocaine, mais il a reçu des informations erronées du consulat marocain. Mon client est et se sent belge. Sa famille est ici depuis 50 ans, depuis trois générations. C'est ici que sont sa femme et ses enfants. Sa nationalité belge est une partie de lui-même", a défendu son avocate.

A l'heure actuelle, Fouad Belkacem est juridiquement en séjour illégal sur le territoire belge, n'ayant pas de titre de séjour. Selon le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Théo Francken, la procédure pour demander son expulsion interviendra donc dès la libération de Belkacem, soit en 2027, à la fin de sa peine, soit avant s'il devait bénéficier d'une libération conditionnelle.

Par ailleurs, Théo Francken s'est réjouit de cette décision de justice mais selon lui, il faut faire un pas de plus et rendre une telle déchéance automatique pour ce type de condamnation. Actuellement, cette procédure doit être demandée par le ministère public et confirmée par une cours d'appel. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK