Une marque wallonne de foulards cartonne en Belgique et à l'étranger

L'entreprise de la créatrice Chloé Renier se niche à Goé, dans un tout petit village entre Liège et Verviers. Une imposante maison de Maitre abrite les bureaux et l'atelier.

Chloé, 46 ans, a fait des études d'arts graphiques à l'école Saint-Luc à Liège. Elle se lance d'abord dans la création de bijoux, puis en 2012, elle sort son premier foulard Shanna. Sa caractéristique : 4 carrés et trois rubans. Sans attendre, le foulard remporte un succès fou : "Je sors 10 à 15 modèles de foulards différents chaque mois. Je pense que c'est notamment ce qui fait ma force et d'autre part, ça me permet de ne pas m'ennuyer", explique la créatrice.

Chloé Renier achète ses tissus en Belgique, en France et même en Inde. Elle s'inspire de ce qu'elle voit dans la vie de tous les jours. Ensuite, elle réfléchit aux assemblages: les couleurs, les tissus, les rubans. Elle demande souvent l'avis de son bras droit. Quand les carrés sont assemblés, les rubans choisis, le futur foulard passe alors à l'atelier couture. En fonction de la production, 1 à 4 couturières assemblent.

Entre 40 et 50.000 foulards par an

"Aujourd'hui, on crée, fabrique, et distribue 40 à 50.000 foulards par an. L'avantage, c'est qu'ils sont fait en édition limitée, donc il est rare de voir deux personnes portant le même foulard", poursuit Chloé Renier.

Sa vitrine, ce sont les réseaux sociaux. Elle a 105.000 abonnés sur Facebook qui suivent les modèles proposés chaque mois. Les ventes en ligne cartonnent, mais il existe également de nombreuses boutiques qui vendent la marque : 150 points de vente en Belgique et plus de double en France, en Italie, en Espagne, en Grèce, en Suisse, au Luxembourg et très bientôt à New york, Soho. Une marque qui s'exporte plutôt bien : "Je n'avais pas d'idée pour le nom de la marque. Alors j'ai choisi le prénom de ma fille. Elle est mon mannequin".

Loin de s'imaginer à l'époque qu'elle séduirait des milliers de femmes par ses foulards, aujourd'hui, sa marque fait un tabac. C'était l'histoire d'un petit bout de femme qui nous en fait voir de toutes les couleurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK