Seul 1 enfant sur 4 est attaché correctement en voiture: comment réduire les risques pour nos jeunes passagers?

Une nouvelle campagne de l'AWSR est lancée ce 9 janvier
Une nouvelle campagne de l'AWSR est lancée ce 9 janvier - © Agence wallonne pour la sécurité routière

Ce mercredi, l'Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) lance une vaste campagne pour sensibiliser à un usage adéquat de la ceinture de sécurité pour les enfants. Au travers d'affiches au bord des autoroutes, cet organisme pointe un chiffre interpellant en matière de sécurité infantile dans la voiture : seul un enfant sur quatre serait bien attaché. Sachant ce taux d'insécurité pour nos têtes blondes, quels sont les conseils à appliquer pour prendre la route en toute bonne âme et conscience pour nos enfants ?

"Bien attachés dans le siège adapté", c'est le nom de la campagne d'affichage flambant neuve divulguée ce 9 janvier par l'AWSR. il faut dire qu'en matière de ceintures attachées pour nos enfants, le chemin est encore long. Le 20 février 2018, l'Institut belge pour la sécurité routière (VIAS) a dévoilé un rapport stipulant que les trois quart des enfants étaient mal attachés, que ce soit à cause de la ceinture, du rehausseur ou d'une mauvaise position.

Lorsqu'on sait que plus d'un enfant sur dix n'est pas attaché du tout (13%) et qu'en général, les passagers situés à l'arrière du véhicule sont 86,3% à être attachés contre 95,2% pour ceux à l'avant, l'appel de l'Agence en matière de sécurité routière est surtout une alerte. Mais comment fait pour limiter les risques au maximum et pour que nos enfants soient passagers en toute sécurité ?

Un dispositif adapté à la taille de son enfant

Les règles en matière de dispositifs destinés à installer son enfant dans sa voiture son strictes. Elles concernent le type d'appareil à installer dans votre auto mais aussi le poids de l'enfant. La loi stipule clairement que tous les enfants qui mesurent moins d'1 mètre 35 doivent voyager dans un dispositif de retenue qui leur est adapté. Ainsi, au fur et à mesure que l'enfant grandit, le dispositif qui lui est destiné dans la voiture évolue aussi. Il en existe 3 types :

  • Groupe 0+ : il s'agit du dispositif adapté aux enfants entre 0 et 13 kilos, à savoir les plus petits bébés. Généralement, il s'agit d'un siège sous forme de coque dans lequel le bébé est installé et attaché. Ce dispositif est fixé au siège de la voiture et retenu par la ceinture de sécurité ou un système "Isofix", c'est à dire fixé directement au siège.
  • Groupe 1 : appareil référent pour les enfants entre 9 et 18 kilos. Généralement, ils sont attachés au siège grâce à la ceinture de sécurité ou au système Isofix mais disposent de leurs propres sangles qui maintiennent l'enfant.
  • Groupe 2 et 3 : aussi appelés "réhausseurs", ces sièges sont homologués pour les enfants entre 15 et 36 kilos. Dans ce cas-ci, c'est la ceinture de sécurité du siège traverse le dispositif et sert à maintenir l'enfant.

Au-delà de 36 kilo, vient la nécessité pour l'enfant se s'attacher seul, assis directement sur le siège de la voiture.

Bien fixer le dispositif au siège de la voiture

Quel qu'il soit, le dispositif doit toujours être correctement fixé au siège de la voiture, sinon l'enfant ne bénéficie pas de la sécurité garantie par ce complément au siège de votre véhicule.

En ce qui concerne les appareils du groupe 0+, il est conseillé de d'installer l'enfant dos à la route, c'est-à-dire qu'il regarde en direction du dossier du siège de la voiture. Mais pourquoi exactement ? Cela est dû au poids de la tête de l'enfant, qui est beaucoup plus lourd que celle d'un adulte. Sachant cela, si un accident survient et que l'enfant fait face à la route, sa tête est projetée en avant et le choc se concentre sur les vertèbres cervicales, ce qui peut causer la paralysie ou la mort. Lorsqu'il est place dans l'autre sens sa tête est retenue par le dossier du dispositif (souvent un landau à fixer sur une "base").

Attacher correctement la ceinture ou les sangles du siège

Qu'il s'agisse de la ceinture de sécurité de la voiture ou bien de sangles intégrées au dispositif de sécurité de l'enfant, il arrive souvent que l'un comme l'autre soit mal réglé. "Il faut bien vérifier que les sangles soient réglées correctement sur un siège pour enfant", insiste Patrick Derweduwen, administrateur général de l'AWSR. Lorsqu'une ceinture est disponible sur le dispositif, elle doit maintenir correctement l'enfant pour qu'il ne puisse pas s'en décoller.

Lorsque l'enfant grandit, il convient de le laisser s'installer sur le fauteuil de la voiture. L'erreur la plus fréquente est que l'enfant passe ses deux bras sur ou sous la ceinture. Il convient qu'il passe le bras droit par dessus la ceinture et le bras gauche par dessous. Cela permet à la ceinture de sécurité d'être en contact avec les trois points d'ancrage (épaule, thorax et bassin), qui sont des parties du corps "résistantes" et permettent d'éviter les lésion internes malgré le choc. Ce conseil est aussi applicable pour les rehausseurs de type 2 et 3.

Doudoune et ceinture ne font pas bon ménage

Par les temps qui courent et avec le froid qui pointe, nos enfants sont souvent emmitouflés dans de nombreuses couches de vêtements. Bonnet, écharpe, gants et parfois doudoune, servent à les préserver du froid. En voiture, une veste trop épaisse peut cependant faire baisser l'efficacité de la ceinture de sécurité.

"Il n'est pas conseillé de laisser sa doudoune à l'enfant lorsqu'il est installé dans la voiture", commente Benoit Godart, porte parole de VIAS, l'Institut national de sécurité routière. Il explique qu'un gros manteau occasionne du "jus" entre l'enfant et sa ceinture de sécurité. "C'est dangereux car dans les cas extrêmes, on limite l'efficacité de la ceinture", ajoute-t-il. L'homme se rappelle d'une vidéo, réalisée par un américain, ayant circulé sur internet il y a plusieurs mois. "Dans ce cas-là, la doudoune faisait carrément passer l'enfant sous la ceinture", se souvient-il.

Néanmoins, le porte parole de VIAS estime qu'il n'est "pas nécessaire de faire paniquer les parents" mais insiste sur des précautions que chacun peut prendre et qui peuvent remplacer le port de la doudoune à l'intérieur de la voiture. "On peut par exemple activer le chauffage un peu en avance ou poser une couverture ou même la doudoune elle-même sur l'enfant", propose Benoit Godart. De cette façon, nous pouvons serrer correctement les sangles ou la ceinture sans qu'elles soient gênées ou rendues inefficaces par un manteau trop épais.

Montrer l'exemple

Dans le cadre de sa campagne, Patrick Derweduwen pointe aussi la responsabilisation des parents dans l'utilisation de la ceinture de sécurité. "Les enfants sont attentifs au comportement des parents, explique-t-il. Ils ont un rôle d'exemple particulièrement important. En tant que conducteur, il est plus simple de faire entendre à l'enfant qu'il doit porter la ceinture si le conducteur la porte lui aussi."

D'autant plus que ce sera sans doute à la personne responsable de payer en cas de non-respect des indications en matière de sécurité pour nos enfants. Si l'enfant - comme l'adulte, d'ailleurs - ne porte pas la ceinture, l'amende s'élève à 110 euros. Elle est de 165 euros si aucun dispositif ou un dispositif inadapté est utilisé.

Plus de conseils, exemples mais aussi renseignements dans la brochure publiée sur le site de l'AWSR.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK