Seuil critique de pollen dépassé : quels gestes pour éviter les allergies?

Au-delà de 50 grains/m³, la majorité de la population allergique aux graminées risque de ressentir des symptômes
Au-delà de 50 grains/m³, la majorité de la population allergique aux graminées risque de ressentir des symptômes - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Il fait beau et chaud. Un constat qui ne fait pas que des heureux puisque cette météo estivale peut avoir des conséquences désagréables pour celles et ceux qui souffrent d’allergies. Un Belge sur six est allergique aux pollens de graminées. Or, leur présence dans l'air connaît un pic ces derniers jours.

Si les tout premiers grains de pollen ont été détectés fin avril, leurs taux ne sont devenus plus réguliers qu'au début du mois de mai. L'été arrivant peu à peu, ces taux ont progressivement augmenté ces derniers jours en Belgique, en particulier à Marche-en-Famenne où le seuil critique de 50 grains/m³ d'air a été atteint le 24 mai dernier.

Capteur "sentinelle"

Ce seuil critique dépassé marque le début de la période de vigilance des graminées. Un taux mesuré par l’un des cinq capteurs " sentinelles " du pays qui mesure les graminées. " Ici le capteur sentinelle vaut pour l’ensemble du territoire provincial parce qu’il est dans une région un peu plus douce que la région ardennaise, explique Florence Lacroix, chargée du projet " pollen " à Marche en Famenne. Chaque station de Belgique a ses spécificités pour avoir un maillage optimal sur l’ensemble du territoire et disposer d’une vue complète au niveau du réseau national de surveillance aérobiologique. 


►►► À lire aussi : La saison 2019 du pollen a démarré: période à risque pour les allergiques 


Au total, il existe une centaine d’espèces de graminées. Elles ont des fleurs disposées en épi et se retrouvent couramment le long des chemins ou dans les prairies. À cause du grand nombre d'espèces, leur période de pollinisation, qui débute généralement à la mi-mai, s'étale sur deux mois en moyenne.

Nez bouchés, éternuements et sinus encombrés

L'allergie au pollen se marque par des picotements, des larmoiements et des rougeurs aux yeux. Les personnes qui en souffrent ont le nez bouché, les sinus encombrés, éternuent... Elles ressentent parfois des démangeaisons à l'arrière de la bouche ou dans la gorge.  

C’est à partir de cette limite de 50 grains/m³ que la majorité de la population allergique aux graminées risque de ressentir des symptômes. Pour limiter les désagréments, l'Institut belge de Santé, Sciensano, préconise de porter des lunettes de soleil pour limiter les réactions de contact.

Il est conseillé d’éviter les efforts et les activités en plein air, de ne pas se livrer à une activité sportive à l’extérieur. Mieux vaut ouvrir brièvement les fenêtres lorsque la concentration de pollen est plus élevée et aérer de préférence les jours de pluie lorsque la concentration de pollen est moins élevée.

Aérer avec modération

Autres conseils : ne pas sécher son linge à l’extérieur pour ne pas piéger le pollen dans le tissu et le ramener chez vous. Pareil pour les mouchoirs, mieux vaut privilégier ceux à usage unique. Vous êtes aussi invités aussi à garder les fenêtres de votre voiture fermée lors de vos déplacements.

Il est également conseillé de laver vos cheveux avant de vous coucher pour vous débarrasser du pollen présent et ne pas dormir en contact avec l’allergène. Enfin, évitez de tondre les pelouses ou de rester à proximité lorsque l’on tond les pelouses

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK