Série d'été sur les femmes marquantes: Ching Shih, la plus grande Pirate de l'histoire

Série d'été sur les femmes marquantes : Ching Shih, la plus grande Pirate de l'histoire
2 images
Série d'été sur les femmes marquantes : Ching Shih, la plus grande Pirate de l'histoire - © CC triotriotrio

Vous les connaissez moins. Retrouvez cet été, sur les Grenades, les destins incroyables de femmes qui ont marqué l’histoire, pirate, pilote ou rockeuse. Une série concoctée par Maïté Warland.

C’est au tour de Ching Shih, la plus grande pirate de l’histoire, de sortir de l’ombre.

Quand on parle de pirates on imagine des galions, des canons, des drapeaux noirs avec une tête de mort. On imagine des tonneaux de rhum, des plages de sable blanc. On imagine de la musique d’accordéon et des chaloupes qui tanguent… On imagine des hommes aux cheveux longs, le teint mat et buriné par le vent et le sel marin… On n’imagine pas une femme. Et pourtant l’un des plus grands pirates de l’histoire était une femme. Elle s’appelait Ching Shih.

Ching est née en 1775 dans le port de Canton. On sait peu de choses avant qu’elle n’entre dans la piraterie mais la légende dit qu’elle était prostituée… Ça serait comme cela qu’elle rencontra son mari. Il la captura et lui demanda sa main.

Mais Ching savait déjà parfaitement ce qu’elle voulait. Elle accepta de l’épouser, à une seule condition : commander l’une de ses flottes. Ainsi naquit Ching Shih, la femme pirate.

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Une femme d’affaires hors pair

Après la mort rapide de son mari, elle devient donc la cheffe de la flotte des drapeaux rouges, la plus grande flotte pirate de tous les temps… La plus grande mais aussi la plus désordonnée.

En quelques années, Ching réussi à mettre de l’ordre et à fédérer les troupes : elle n’hésitait pas à décapiter les déserteurs, les meneurs de mutineries, les querelleurs… Elle coupait les oreilles de ceux qui ne respectaient pas les règles strictes sur ses bateaux. Mais elle décapitait aussi tout homme qui ne respectait pas les femmes. Plusieurs perdirent ainsi la tête parce qu’ils avaient violé une prisonnière de Dame Ching. Si un pirate voulait avoir des relations sexuelles avec une femme, il fallait qu’il l’épouse et la respecte…

Ching Shih devint ainsi la plus respectée et la plus crainte des pirates avec 1800 navires et plus de 60.000 hommes sous ses ordres.

Avec une telle force, impossible pour l’armée chinoise, même aidée par les Portugais et les Britanniques de l’arrêter.

La guerre dura plusieurs années… Lassée, Ching fini par capituler…

Mais à sa manière. Après des mois de négociations (elle refusait de livrer ses hommes à l’armée chinoise), elle accepte de "prendre sa retraite ", une première dans l’histoire de la piraterie, et obtient plusieurs " faveurs " du gouvernement chinois : elle conserve son trésor, n’a aucune charge retenue contre elle et fera nommer son nouveau mari lieutenant dans la marine chinoise.

Ses hommes aideront la Chine à vaincre ses ennemis.

Ching mourut en 1844, à l’âge avancé (pour l’époque) de 69 ans. Son héritage entra dans la culture populaire chinoise. Elle inspira même un personnage dans Pirates des Caraïbes : la puissante Miss Ching, un des 9 Rois Pirates.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK