Sept Belges sur dix seraient prêts à faire un effort pour éviter le délestage

72% des belges serait d'accord de contribuer à un effort commun pour éviter le délestage, selon Lampiris
72% des belges serait d'accord de contribuer à un effort commun pour éviter le délestage, selon Lampiris - © Tous droits réservés

Sept Belges sur 10 sont prêts à faire un effort collectif en cas de risque imminent de délestage, selon une enquête menée par Lampiris auprès de 1.000 consommateurs.

Si la moitié des Belges pense qu'il est possible que le plan de délestage soit activé cet hiver, 29% estiment qu'il n'y a pas ou très peu de risques qu'il soit mis en oeuvre. 22% sont toutefois certains ou pensent qu'il est probable que ce soit le cas. En outre, quatre Belges sur 10 ont déclaré avoir vérifié si leur habitation se trouvait dans une zone de délestage.

Une grande majorité des personnes interrogées sous-estiment les conséquences possibles d'un éventuel délestage au-delà de l'utilisation de leurs appareils électriques: chauffage, sanitaires, gsm, internet, Bancontact, transports publics, feux de signalisation, ...

Si les répondants estiment qu'il incombe d'abord au gouvernement (80%), ensuite au gestionnaire de réseau (63%) et aux fournisseurs (58%), de prendre les mesures qui s'imposent afin d'éviter le délestage, ils sont prêts, pour 72% d'entre eux, à participer à une action commune pour éviter un délestage en recevant directement des informations afin d'adapter leur consommation d'électricité.

En novembre 2014, un test avait été mené au niveau national par le fournisseur d'énergie et avait permis une diminution de la consommation de l'ordre de 150 à 200 MW, soit l'équivalent de 40% d'un réacteur nucléaire tel que celle de Doel 1 (430 MW).

Archive : JT 25/09/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK