Semaine mondiale de la vaccination: le vaccin, un mal nécessaire?

Semaine mondiale de la vaccination: le vaccin, un mal nécessaire?
Semaine mondiale de la vaccination: le vaccin, un mal nécessaire? - © Tous droits réservés

La semaine mondiale de la vaccination organisée par l'Oms débute aujourd’hui. Chez nous la vaccination se pratique à grande échelle mais seul le vaccin contre la polio est obligatoire. Les autres vaccins ne sont que fortement recommandé par la communauté française.

Chez nous, la toute grande majorité des nourrissons suivent le programme de 12 vaccinations ( la poliomyélite, la coqueluche, la diphtérie, l’haemophilus influenzae de type b, la rougeole, la rubéole et les oreillons) mis en oeuvre gratuitement par l'ONE. Depuis 2003 c'est devenu une condition nécessaire pour fréquenter une crèche ou aller chez une gardienne ONE. Une condition imposée par la Fédération Wallonie Bruxelles.

Une attitude marginale

Selon l’estimation de L’ONE et de Provac , à peine 2 % de la population rejette la vaccination. Certains estiment que cela peut provoquer la maladie chez des enfants qui n'en sont pas porteurs, que cela fait partie du développement naturel et que l’homéopathie est plus indiquée pour les traiter que des vaccins aux effets mal connus.

Ecouter ci-dessous le témoignage d'une mère qui refuse de faire vacciner ses deux filles de quatre et cinq ans:

D’autres enfin, pensent que le côté systématique de ce programme est une atteinte à leur liberté individuelle.

Des opposants et des sceptiques qui se retrouvent principalement dans l’association Initiative citoyenne.

Une protection collective

L’One qui vaccine 65 % des enfants fréquentant les lieux d'accueil combat farouchement ces refus. Une vaccination collective appliquée à partir de trois mois à tous les enfants. A charge des parents de poursuivre ensuite le programme de vaccination via leur pédiatre ou l'ONE qui fournit gratuitement les vaccins contre les douze maladies les plus courantes. Une vaccination collective fortement recommandée et qui est une condition nécessaire pour obtenir une place en crèche ou chez une gardienne agréée. Pour le Dr Béatrice Swennen , responsable du Programme de promotion de la Vaccination, la vaccination systématique est le seul moyen de protéger des nourrissons trop jeunes ou trop fragiles et qui sont en contacts avec d’autres enfants plus âgés.

Ecouter ci dessous les explications d'un médecin de Provac (programme de promotion de la vaccination):

Le remède le plus universel

La vaccination de masse a permis et permet toujours de limiter la propagation de maladies comme la coqueluche, la rougeole ou la méningite et c’est aussi grâce à elle qu’on est parvenu à éradiquer des maladies graves, comme la variole

Même si certains mettent en doute l'efficacité de certains vaccins et dénoncent le manque de transparence des sociétés pharmaceutiques, la vaccination reste encore a ce jour le moyen le plus universellement répandu pour lutter contre la maladie.

Thierry Vangulick

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK