Semaine du son à Bruxelles: trop de décibels dans les concerts

Limiter le son d'un concert à 90 décibels, c'est le souhait du "label 90 db concert". Durant la semaine du son de Bruxelles, cet organisme propose aux salles, aux organisateurs de concerts, aux musiciens et orchestres, de s’engager, sur base volontaire, à l’occasion de leurs concerts, à ne pas dépasser les niveaux moyens compatibles avec le respect de nos oreilles. Cela permet d’exclure tout risque sanitaire, sans devoir se soumettre au port de bouchons.

Pour son concert au Botanique de Bruxelles, l'artiste, Mathilde Renault s'est engagée à ne pas dépasser un niveau sonore moyen de 90 décibels. Et pour vérifier si elles respecte bien son engagement, un homme est dans la salle avec ses appareils de mesure. Au terme du concert, il lui a décerné le label 90 db.  

Ne pas dépasser 90 décibels permet aux spectateurs de ne pas devoir mettre de bouchons, tout en préservant les oreilles. Au dessus de ce pallier, les risques d'acouphènes ou d'hyperacousie sont bien là. Mais selon Paul-Henri Wauters, directeur-adjoint du Botanique, "une batterie seule peut produire un son de 105 décibels sans être amplifiée. Pour se limiter à 90 décibels en moyenne, il faudrait se contenter d'un line-up piano-voix ou guitare acoustique-voix".  

La région bruxelloise vient de légiférer pour limiter les décibels. Dorénavant ce sera maximum 100 décibels de niveau moyen pour un concert. C'est déjà le cas en Flandre depuis 2012 mais en Wallonie, il n'y a encore de concret.  

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK