Selon Natagora, la surpopulation de sangliers menace la biodiversité en Wallonie

Des sangliers dans une prairie
Des sangliers dans une prairie - © Jean-Marie Winants

La population de sangliers a quadruplé en 30 ans en Wallonie. Les agriculteurs se plaignent régulièrement des dégâts causés par ces animaux dans leurs champs. En 2012, le gouvernent wallon avait préparé un plan d'action: élargir les périodes de chasse était une des mesures prises.

Actuellement et jusqu'à la mi-octobre, suite à la découverte de sangliers infectés par la perte porcine africaine, la chasse est interdite dans une grande partie de la province de Luxembourg. Natagora signale une étude scientifique récente qui met en évidence l'impact des sangliers sur la biodiversité en Wallonie. Selon cette étude, la surpopulation des sangliers est une des causes de la régression de plusieurs espèces d'animaux, dont des reptiles et des oiseaux nicheurs au sol. Comment? "Par prédation directe, par compétition pour les proies, mais aussi en détruisant les micro-habitats utilisés comme refuge ou site de reproduction" explique Eric Graitson, herpétologue chez Natagora et auteur de l'étude.

La vipère péliade est une espèce menacée d'extinction selon cette étude :  sur les sites où les densités de sangliers ont augmenté, les populations de serpents ont rapidement disparu ou sont proches de l’extinction. Et Natagora s'adresse au monde politique et demande un plan d'action. Parmi les mesures préconisées par l'étude, il y a l’interdiction du nourrissage et le ciblage des tirs des chasseurs sur les laies.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK