Séjours écourtés en maternité : comment anticiper le retour à la maison?

Séjours écourtés en maternité : comment anticiper le retour à la maison?
Séjours écourtés en maternité : comment anticiper le retour à la maison? - © Tous droits réservés

Après un accouchement, les mères belges restent en moyenne quatre jours à la maternité selon les derniers chiffres du ministère de la santé. Un séjour souvent inutilement long, pour la ministre de la Santé Maggie De Block qui voudrait un maximum de deux à trois jours d'hospitalisation s'il n'y a pas eu de complications. En 2016, la ministre de la santé a donc lancé six projets pilotes visant à "optimaliser l'organisation des soins pour la mère et son bébé, avant, pendant et après le séjour à l'hôpital". Deux ans plus tard,  plusieurs jeunes parents et sages-femmes que nous avons rencontrés témoignent de leur expérience.

Anticiper le retour à la maison, c’est primordial

Laila vient de donner naissance à Adam. Trois jours seulement après son accouchement, elle a déjà quitté l'hôpital et est suivie par Vanessa, sage-femme indépendante à domicile. Pour cette jeune maman, rentrer à la maison précocement est un soulagement. "À l’hôpital franchement, tu ne te reposes pas", explique Laila. La jeune maman peut aujourd'hui compter sur sa sage-femme pour prendre soin d’elle et de son bébé. Anticiper le retour à la maison, c’est donc, pour elle, primordial: "À la naissance, avec la fatigue, le stress, tu n’as pas trop le temps de commencer à téléphoner à gauche et à droite pour trouver une sage-femme".

Les hôpitaux s’organisent

Au Centre Hospitalier Bois de l'Abbaye à Seraing, cela fait des années que l’on met en place les séjours hospitaliers écourtés après les accouchements. Pour l'infirmière cheffe de service du département "mère-enfant", Joëlle Eerdekens, le système fonctionne bien à condition de faire participer les sages-femmes mais aussi les pédiatres ou encore les gynécologues. Autre condition : donner les moyens financiers aux hôpitaux pour permettre à ce projet d'aboutir: "Les normes des maternité mériteraient d’être revues pour donner les moyens à ce projet d’être pérennisé", nous confie-t-elle.

Le projet sera soumis à une évaluation fin de cette année. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK