Sécurité routière: début d'un nouveau marathon de la vitesse ce mardi dans toute la Belgique

Les polices fédérale et locales organisent un nouveau marathon de la vitesse. Des contrôles en la matière seront menés intensivement à travers tout le pays durant 24 heures, à partir de ce mardi 06h00.

Ce marathon s'inscrit entre autres dans la campagne "Control Cruiser" du Centre de formation flamand au trafic et à la mobilité (Vlaamse Stichting Verkeerskunde - VSV), afin de soutenir la grande majorité des conducteurs qui trouvent important de respecter les limitations de vitesse. Un "Control Cruiser" est un usager exemplaire qui ne dépasse nulle part la vitesse maximale autorisée.

Il s'agit du 12e marathon de la vitesse des polices fédérale et locales. Des contrôles intensifs seront à nouveau effectués sur l'entièreté du territoire.

Christophe Brück, porte-parole francophone de la police fédérale qui nous explique tout d’abord l’objectif d’une telle opération : "Le but de cette opération est vraiment de sensibiliser les usagers à une conduite à une vitesse qui est excessive ou inadaptée. On doit se rendre compte que malgré les nombreuses campagnes de prévention et les campagnes de contrôles, de trop nombreux usagers roulent encore à une vitesse qui n’est pas du tout adaptée et que cela constitue un des principaux facteurs d’accidents et de mortalité sur nos routes. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons vraiment travailler au cours de ces 24 heures sur le comportement des usagers".

Qu’est-ce qu’on appelle une vitesse qui n’est pas adaptée ? 

Christophe Brück précise : "Il est clair que les vitesses légales autorisées constituent déjà une norme à respecter, mais cette vitesse peut malgré tout parfois s’avérer supérieure à la vitesse que l’usager devrait adopter, compte tenu par exemple des circonstances météorologiques, compte tenu des circonstances de trafic ou tout simplement si l’on devait par exemple en période automnale rouler sur des voiries, des chaussées qui sont grasses ou sur lesquelles il y a des feuilles par exemple".

Comment avez-vous sélectionné ces différents endroits ?

Pour Christophe Brück : "Ces endroits ont été sélectionnés sur base de divers critères. Il y a pour certains lieux de contrôle un véritable aspect lié à la dangerosité du lieu, mais ça peut être aussi à n’importe quel autre endroit sans raison particulière, de manière à ce que les usagers se disent qu’à tout moment et en n’importe quel endroit ils peuvent faire l’objet d’un contrôle de vitesse. Nous souhaitons vraiment travailler sur leur comportement afin qu’ils adoptent de bons réflexes qu’ils garderont tout au long de l’année".

Et les réseaux sociaux ?

"Nous savons que les usagers sont très prompts à signaler des endroits de contrôles ou des équipes de contrôles. À ce sujet, précisons qu’il y aura bien évidemment des contrôles à l’aide de radars fixes, mais également à l’aide de radars mobiles. Il est clair que nous nous adapterons de manière à déplacer régulièrement nos endroits de contrôles, de manière à ce qu’une fois un endroit de contrôle indiqué par les réseaux sociaux, le temps que les usagers arrivent sur place, ils se rendent compte que l’équipe de contrôle a déjà changé d’endroit" complète Christophe Brück.

Lors de sa 11e édition, qui a eu lieu au début du mois d'avril dernier, la police fédérale de la route et 132 zones de police locale avaient mesuré la vitesse de plus d'un million de véhicules, dont 29.450, soit 2,71%, roulaient trop vite. Soixante-cinq conducteurs s'étaient alors vu retirer leur permis de conduire.

 

Journal télévisé de 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK