Sécheresse en Flandre: Bruxelles et la Wallonie doivent-elles s'inquiéter?

Jeudi soir, le code d'alerte jaune a été activé dans trois provinces flamandes dont le Brabant flamand suite à la sécheresse qui touche le nord du pays.

Concrètement, l'eau du robinet pourrait venir à manquer. Des mesures de restrictions ont donc été prises (prendre une douche au lieu d'un bain, ne pas laver sa voiture ou sa terrasse, ne pas remplir sa piscine, etc.).   

Pour bientôt à Bruxelles et en Wallonie ? 

Est-ce qu'il faut s'attendre à ce que cette situation s'étende à la Région bruxelloise et à la Wallonie ? 

De fortes chaleurs sont attendus sur l'ensemble du pays dans les prochains jours. L'Institut royal météorologique de Belgique (IRM) a lancé une alerte jaune à partir de ce dimanche jusqu'à au moins mardi prochain

Et si les prévisions actuelles se maintiennent, cette sécheresse va s'étendre à la Région bruxelloise et en Wallonie, confirme Fabian Debal, prévisionniste à l'IRM. "Tout le Brabant wallon serait concerné ; une bonne moitié ouest du Brabant flamand, y compris la Région bruxelloise ; un bon tiers de la Flandre orientale ; le nord de la province du Limbourg et le nord de la Flandre occidentale, dont Mouscron ; mais aussi le Hainaut, surtout dans les régions entre le Tournaisis et Mons"

Faut-il craindre une pénurie d'eau ?

En Wallonie, il n'y a pas de crainte à avoir pour l'instant. La situation est différente qu'en Flandre, nous assure Benoît Moulin, porte-parole de la SWDE, la Société wallonne des eaux qui gère 70% des approvisionnements en eau au sud du pays. 

"Les nappes sont plus profondes en Wallonie qu'en Flandre et on a des barrages. En terme de ressources, la situation est d'ailleurs moins pire que l'été dernier". "Ceux qui vont souffrir le plus sont des zones qui n'ont pas de grandes nappes, comme la province de Luxembourg". Mais il n'y a rien d'alarmant pour l'instant, assure-t-il. 

Pas d'inquiétude non plus en Région bruxelloise, affirme Olivier Lagneau, directeur réseau de Vivaqua puisque "la région est alimentée majoritairement (98%) par 26 sites de captages qui sont en Région wallonne".

"On reste juste vigilant". "C'est vrai que la consommation d'eau est très élevée pour l'instant, mais dès la semaine prochaine, cela va fortement baisser. Le bâtiment sera en congé, les écoles seront fermées et il y aura les départs en vacances"

Si problème il doit y avoir, "ce sera pour le mois de septembre car l'activité économique va reprendre et la consommation va à nouveau augmenter alors que les captages seront au plus bas. C'est pourquoi nous restons attentifs à la situation"

Même son de cloche du côté du Centre régional de crise de Wallonie. Son directeur, Paul Dewil confirme que la situation est "moins critique que l'année passée", même s'il surveille la situation de près. "En Flandre, ils ont des nappes plus superficielles, moins importantes et plus rapidement sensibles au manque de précipitation, d'autant qu'il a moins plu en Flandre qu'en Wallonie ces derniers mois"

"Il faut attendre un peu pour voir les effets sur les rivières. Quand on interdira les kayaks sur la Lesse, cela voudra dire que les cours d'eau diminuent fortement. Mais on annonce des orages pour mercredi ou jeudi prochain, cela devrait déjà bien aider".  

En été, nous vivons sur nos réserves

L'occasion de rappeler que nous vivons actuellement sur la réserve puisque l'eau des nappes phréatiques remonte essentiellement entre les mois de novembre et mars. Les gros orages de printemps et d'été n'y changent rien puisque l'eau est directement absorbée par les sols et les plantes qui en ont besoin. "On a connu qu'un été où la nappe aquifère est remontée, c'est un été où il n'a pas arrêté de pleuvoir", précise Olivier Lagneau de chez Vivaqua.

Un tourisme qui pourrait modifier la donne

Reste que dans certaines communes de Wallonie, comme Rochefort, "il n'y a qu'un seul captage et la nappe phréatique y est peu profonde", reconnaît Paul Dewil du Centre régional de crise de Wallonie. Mais si la commune a connu un problème d'approvisionnement d'eau l'année dernière, ce n'est pas le cas aujourd'hui : "Aujourd'hui, le débit des sources est supérieur à la consommation"

Malgré tout, il y a une donne qui pourrait changer les choses : le début de la saison touristique. "On sait que la consommation va augmenter, mais dans quelle propension ? C'est pour ça que la ville de Rochefort reste attentive"

Dans tous les cas, rappelle-t-il, "le message qui est toujours donné est de ne pas gaspiller l'eau"

Attention aux feux de forêt 

De son côté, le ministre wallon de la Nature, a lancé un appel à la prudence aux touristes et promeneurs qui iraient se balader en forêt. 

Quelques consignes pour éviter tout risque de départ de feu sont rappelées : 
•    l’interdiction de fumer en forêt, 
•    de ne pas jeter ses mégots de cigarette, 
•    de ne pas allumer de feu en dehors des aires prévues à cet effet
•    de ne pas faire de barbecue en forêt
•    de camper uniquement dans les lieux autorisés, sécurisés et protégés
•    de n’utiliser son véhicule que sur les chemins autorisés
•    de respecter les interdictions d’accès dans certains massifs boisés en période de risques (vent, sécheresse,…). 

René Collin insiste également sur le dépôt de déchets qui pourraient provoquer un effet de loupe comme des morceaux de verres.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK