Se marier en temps de covid : un dilemme pour les couples, un cauchemar pour les organisateurs

C’est maintenant que débute traditionnellement la haute saison des mariages. A partir du 8 mai, il sera possible de rassembler 50 personnes maximum en extérieur. Certains couples, pressés, s’en contenteront. D’autres reporteront, une énième fois !

Autant dire que les avis des futurs mariés et des professionnels du secteur sont plutôt partagés.

Résignés, certains préfèrent reporter

Pour Hélène et Jean, les mois passent mais les faire-part traînent toujours sur la table. Ce couple devait se marier l’an passé, mais les nouvelles conditions annoncées sont trop contraignantes, ils reportent… Pour la troisième fois.

Hélène Ruelle, la future mariée, s’est fait une raison : "La première date, c’était au mois de mai de l’année passée. Puis au mois d’août, on a dû de nouveau reporter à cette année au mois de mai. Et là les mesures viennent de tomber, donc on reporte à l’année prochaine parce qu’on veut que tout le monde soit là, et en bonne santé".

Le 8 mai, 15 personnes seront autorisées à assister à la cérémonie officielle ou religieuse. Pour la fête, le nombre est limité à 50 personnes.


Lire aussi : "Un premier pas vers la reprise pour le secteur des mariages : "Nous espérons un redémarrage complet en juin"


Par contre, cette célébration doit avoir lieu exclusivement à l’extérieur. Cette dernière règle rend impossible la reprise des activités pour certains organisateurs, comme nous l’explique Morgane Poelaert, organisatrice d’évènements : "On n’a pas l’infrastructure pour. A un moment, les gens doivent tout de même entrer pour se laver les mains. A l’extérieur on ne le fera pas, à l’intérieur ce serait bien. Mais qu’est-ce que cela va engendrer ? Des débordements, des plaintes, des dénonciations ? C’est difficile de statuer !".

D’autres ne veulent plus attendre

À côté de ceux qui annulent ou refusent d’organiser, il y a ceux qui saisissent l’occasion pour enfin célébrer leur union. C’est le cas de Marine et Kevin. Ils devront faire des choix parmi les invités, peu importe, ils se marieront quand même.

Kevin nous livre qu’ils ne veulent en aucun reporter : "Nous avons décidé de le faire cette année-ci, puisque cela fait deux ans qu’on a choisi cette date". Pour Marine, c’est l’occasion de faire d’une pierre deux coups : "Symboliquement, c’est l’année de nos 30 ans. On s’est dit que ce sera aussi l’occasion de faire une grosse fête pour nos 30 ans".

Malgré les règles annoncées, Etienne Dufiefs organisera la fête de mariage de Marine et Kevin. Même s’il est soulagé de pouvoir reprendre, il est peu rassuré par l’ampleur de la tâche qui l’attend : "On ne peut pas laisser des tables la nuit, donc tout ça devra se faire le jour même. Donc ça va être une gestion difficile. Ce ne sera pas rentable, ce sera plutôt anecdotique. C’est plus psychologique ! C’est pour nous sortir un petit peu de ce marasme".

Célébrer l’amour en temps de COVID, est un sacré dilemme tant pour les couples que les professionnels du secteur. Si l’annonce du CODECO sonne comme un léger déconfinement, le secteur est très inquiet. Il demande de l’aide, et annonce qu’une vraie reprise ne sera pas possible avant mars 2022.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK