Scandale de la viande belge au Kosovo: un autre cas concerne un abattoir en Flandre

Le scandale Veviba a fait la une de la presse cette semaine. Mais, c'est une information RTBF, ce cas n'est pas isolé. Un autre abattoir belge a fourni de la viande périmée à ce grossiste kosovar. L'abattoir en question, situé en Flandre, plaide l'erreur humaine. Les faits remontent au mois d'août 2017. A l'époque, une cargaison de 20 tonnes de viande, étiquetée au nom de l’abattoir Vanlommel (situé à Herentals, en province d'Anvers), a été saisie par les autorités kosovares à la frontière avec l'Albanie.

Une équipe de la RTBF s'est rendue au Kosovo à la recherche du grossiste en viande qui reçu une livraison de viande de l'abattoir Veviba en 2016. Une partie de cette viande avait été congelée douze ans auparavant et les étiquettes étaient trafiquées.

>>> À lire aussi : Conserver de la viande congelée pendant 12 ans, est-ce que ça pose réellement problème ?

Un de nos journalistes a rencontré le porte-parole de l'équivalent kosovar de l'Afsca. Celui-ci lui a révélé un autre cas de livraison de viande périmée en provenance de Belgique. "Le second cas, nous l'avons découvert fin août 2017. A nouveau la viande provenait de Belgique, à nouveau nous avons averti l'Afsca et à nouveau nous avons détruit toute la cargaison de viande et nous n'avons pas permis qu'elle se trouve en contact avec les consommateurs kosovars", explique-t-il au micro de la RTBF.

L'abattoir belge plaide l'erreur humaine

La cargaison en question, du veau congelé, se trouvait dans un camion chargé de 20 tonnes. Dans le lot, il y avait 1 tonne et demie de viande dont la date de péremption était dépassée d'un mois. Johan Heylen, le directeur commercial de l'abattoir Valommel, plaide l'erreur humaine. "Nous avons fait une erreur sur une palette et demie. Nous avons assumé notre responsabilité. La viande a été détruite. Nous avons bien sûr remboursé le client pour les frais occasionnés. Ce n'était pas un cas de fraude, pas du tout, parce que les étiquettes étaient correctes. Mais la viande, c'est vrai, était périmée depuis trois semaines. Pour la viande congelée, qui a normalement une date de conservation de deux ans, c'était trois semaines de trop, c'est correct", concède-t-il.

Ce qui est troublant dans ce nouveau cas, c'est que, cette fois encore, la viande était destinée au même grossiste kosovar, EURO IDA. Cette entreprise est dans le collimateur de la justice kosovare. Est ce que EURO IDA cherchait à acheter intentionnellement de la viande périmée pour des raisons économiques ? "Non", pour Johan Heylen. Selon lui, "normalement nous n'avons pas de viande périmée. Chez nous, aucun client ne demande de la viande périmée, non, ce n'est pas du tout le cas".

A la suite de cette affaire, l'Afsca a ouvert une enquête et a conclu à une erreur humaine. Dimanche matin, le parquet anversois a dit qu'il se demandait pourquoi il n'avait été averti de ce dossier qu'en janvier. Selon l'Afsca, un procès-verbal a pourtant été envoyé à la justice le 30 novembre 2017. "A la demande du parquet, ce PV a de nouveau été transféré le 30 janvier 2018", précise-t-elle dans un communiqué.

>>> À lire aussi : Retour sur 20 ans de scandales alimentaires en Belgique

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK